Retour

LA DIMENSION CONTEMPLATIVE DE L'EUCHARISTIE

-ADORATION-

Le Concile Vatican II déclare «qu'aucune communauté chrétienne ne peut se construire sans trouver sa racine et son centre dans la célébration de l'Eucharistie» -Vat. II, PO 6. Elle l'est véritablement en tant que «mémorial de la mort et de la résurrection du Seigneur sacrement de l'amour, signe de l'unité, lien de la charité, banquet pascal dans lequel le Christ est mangé» -Vat. II, SC 47.

Sous l'impulsion du Concile, de nombreux chrétiens ont redécouvert la place centrale de l'Eucharistie, comme lieu du rassemblement de la communauté, lieu qui façonne les chrétiens dans l'unité et la solidarité. C'est dans cet esprit que les pasteurs ont développé assez rapidement la dimension «active» de la célébration. La «participation» de toute la communauté par les chants, par la mise en valeur des divers ministeres que les laics peuvent assumer, est devenue une orientation pastorale importante.

Par conséquent, en mettant l'accent sur la célébration eucharistique, le culte qui s'était développé en dehors de la célébration dans des formes diverses, devenait un probleme. A tel point qu'en certains endroits on a tout simplement abandonné cette pratique eucharistique. Il faut dire que le Concile, sur ce point, n'a rien clarifié.

Plus tard, en 1967, le Pape Paul VI, publie cette remarquable Instruction «Eucharisticum mysterium» pour aider le peuple chrétien «a considérer le mystere eucharistique dans toute son ampleur» et «accorder le culte en dehors de la messe avec la célébration». La célébration de l'Eucharistie est décrite comme la source et le but du culte qui lui est rendu en dehors de la messe. Un nouveau document apparaît en 1973 «Ordo de sacra communione et de cultu eucharistici extra missam» pour présenter, dans l'esprit du document précédent, les rites renouvelés du culte eucharistique en dehors de la célébration.

Aujourd'hui, l'adoration du Saint Sacrement se développe largement. On le constate dans les maisons de retraites, dans les nouvelles communautés chrétiennes et dans les Congrégations religieuses dont l'Eucharistie est la source de leur spiritualité.

Cependant, on constate que ce «renouveau» de l'adoration appelle une «nouvelle évangélisation». En effet, ici et la, le climat et l'organisation de cette priere se vit souvent sans lien apparent avec la célébration eucharistique. D'ou, aujourd'hui, et n'est-ce-pas la tâche d'un Congres eucharistique, la nécessité d'évangéliser a nouveau nos conununautés chrétiennes pour que l'Eucharistie soit vraiment la racine et le centre de leur vie, qu'elles découvrent toute l'ampleur de l'Eucharistie dans sa dimension de célébration, de contemplation et d'engagement dans la vie.

Vivre la priere d'adoration devant le Corps du Christ exposé sur la table du repas pascal signifie que l'Eucharistie est au centre de la vie chrétienne, d'une communauté chrétienne. «L'adoration ne peut exister si l'Eucharistie n'a pas été célébrée. L'adoration est en relation avec la célébration. Le sacrement de la présence permanente du Seigneur est le témoignage que le mémorial du mystere pascal du Seigneur a été célébré» - Juan Maria Canais, « El culto eucazistico como « mystagogia» dol mysterio pascual olebrado».

L'évangélisation qui consiste a développer la centralité de l'Eucharistie dans nos communautés chrétiennes en découvrant toute l'ampleur de ce mystere deviendra un chemin pour «eucharistier» la priere d'adoration, pour qu'elle devienne, dans son contenu et dans sa forme, un lieu «d'attraction pour participer plus profondément au mystere pascal» - Euch.myst. 1967, no 80.

Je vous propose, dans le contexte de ce Congres eucharistique international, des éléments pour une catéchése de l'adoration, une réflexion sur le sens de l'exposition, une présentation des valeurs qui constituent la priere devant l'Eucharistie.

Retour CATÉCHESE DE L'ADORATION

Il s'agit de développer une catéchese qui permet de découvrir la nécessité de contempler le don du Christ dans l'Eucharistie pour participer plus intensément au mystere pascal.

Voici quelques éléments essentiels d'une catéchese sur la priere devant l'Eucharistie:

1.1 Découvrir la centralité de l'Eucharistie dans la communauté chrétienne:

1.1.1. L'urgence d'un centre dynamique dans sa vie.

Un centre rassemble des gens de toute couleur et de toute culture pour les unir dans un projet commun. Un centre est animé par un esprit, au-dela des diversités pour permettre l'échange, le partage, la communion.

Parler d'un centre c'est parler de quelque chose qui est essentiel, vers lequel tout converge et a partir de quoi il est possible de construire son avenir voir meme de débloquer une situation.

L'action de centrer implique le désir de ramener quelque chose ou quelqu'un au centre, a l'essentiel, au bon endroit, pour l'orienter sur le juste chemin. Ce centre, c'est peut-etre quelqu'un, un témoin, un proche, un ami. Il peut etre aussi une conviction intérieure, une force, un idéal qui dynamise.

* Quel est le centre dynamique de ma vie? la source de mes inspirations? la référence de mes engagements, le lien qui me relie a une communauté?

1.1.2. L'Eucharistie c'est quelqu'un, un centre vital qui sauve.

«L'Eucharistie est l'action sacramentelle centrale de l'Eglise, par laquelle est continué et rendu actuel le salut réalisé par le Christ une fois pour toutes, a travers une présence sacramentelle, réelle et privilégiée du Christ lui-meme, mort et ressuscité, auteur et réalisateur en permanence de ce meme salut, par l'action de l'Esprit.

L'Eucharistie n'est pas quelque chose. Elle est quelqu'un. Elle est le Christ sauveur lui-meme, dans l'acte meme ou il nous a sauvés»- Congres euch. de Séville, 1993, no 11 (Texte de base).

Dans l'Eucharistie, le centre c'est quelqu'un qui agit, qui appelle, qui rassemble, qui parle, qui se donne, qui nourrit, qui sauve, qui libere, qui envoie. Le centre, une personne qui aime, qui se donne a aimer et demande d'aimer. Le centre, le Christ, le Temple nouveau, le chemin et la vie, le Pain pour la route. Ce centre appelle que j'adhere pleinement en Lui, que je Lui donne toute ma vie, que j'entre en communion avec Lui pour vivre de Lui et m'embarquer dans les memes choix et les memes risques.

* Comment le Christ est-il au centre de la célébration a laquelle je participe? Comment l'événement de sa mort et de sa résurrection motive-t-il vraiment ma présence? Qu'est-ce-que cet événement provoque en moi?

1.1.3. Les chrétiens se rassemblent pour célébrer.

Les hommes ne cessent de se rassembler pour unir des efforts, pour partager un probleme, pour développer une action. Jésus va choisir cette réalité toute humaine pour «désigner l'institution de salut qu'il fonde», L'Église. Il s'agit pour Jésus de «faire église», de se rassembler pour écouter la Parole de Dieu, pour devenir le «Corps du Christ». Le Christ est envoyé par son Pere «pour rassembler du milieu des hommes un peuple saint qui (lui) appartienne...»- Priere eucharistique no 2.

Dans le contexte de l'Eucharistie, les chrétiens sont invités a se rassembler pour ensemble proclamer la mort du Seigneur, annoncer sa résurrection et attendre sa venue dans la Gloire. «Heureux les invités au repas du Seigneur». «Toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez a cette coupe vous annoncez la mort du Seigneur jusqu'a ce qu'il vienne»- 1 Co 11, 26.

«Faire une assemblée, c'est la premiere tâche a réaliser dans une célébration. La plus importante aussi puisque, par la célébration, le Seigneur veut rassembler son peuple et lui donner corps, autour de la table de sa Parole et de son Pain»- MicheI Scouarnec, «Vivre, croire, célébrer», Ed. Ouvrieres 1983, p. 121.

L'assemblée eucharistique, imprégnée de l'esprit du Christ qui donne sa vie, se présente comme une école de vie comnunautaire. Le rassemblement dans l'écoute, le dialogue, l'accueil, le silence, l'attention et l'engagement, forment les participants a une vie de communion. «Aucune communauté chrétienne ne peut se construire sans trouver sa racine et son centre dans la célébration de l'eucharistie: c'est donc par celle-ci que doit commencer toute éducation de l'esprit communautaire»- Vatican II, P.O. no 6.

* Dans quel esprit je me rends a la célébration? pour retrouver d'autres freres et soeurs? pour un «agir ensemble»? pour créer de nouvelles solidarités? pour se fortifier dans l'unité? Avez-vous remarqué le «nous» des Prieres eucharistiques?

1.1.4. Une communauté qui vit le commandement du Seigneur.

En instituant l'Eucharistie, l'intention du Seigneur est bien de célébrer un sacrifice d'alliance qui implique l'engagement de vivre son commandement d'amour. Saint Jean, dans son évangile, estime qu'il s'agit la d'un élément essentiel. S'il ne raconte pas l'institution de l'Eucharistie, néanmoins, il explicite la loi que le Seigneur a promulguée dans le contexte de ses adieux. Saint Jean prend soin de nous expliquer en quoi consiste le commandement de l'alliance nouvelle : «Aimez-vous les uns les autres comme le Christ vous a aimés» - Jean 13, 13-15.

La célébration de l'Eucharistie qui relie les chrétiens les uns aux autres ne saurait le faire sans une implication d'amour, de charité, de solidarité les uns envers les autres. L'Eucharistie appelle et implique l'amour du Seigneur et des freres.

* Dans quels sentiments je rejoins mes freres et mes soeurs pour la célébration? Comment résonne en moi cet appel du Seigneur «Aimez-vous comme je vous ai aimés»? En quoi l'Alliance du Seigneur me motive-t-elle?

2.1. Découvrir la dimension contemplative de la célébration eucharistique.

«L'adoration n'est pas seulement une attitude des chrétiens apres avoir célébré l'Eucharistie, devant le tabernacle ou est conservé le Corps du Christ; au contraire, l'adoration est déja l'attitude avec laquelle l'Eglise célebre l'Eucharistie. Loin d'etre un aspect séparé de la célébration, l'adoration est un élément fondamental de toute célébration authentique»- Pierre Tena, Réflexions sur la catéchese eucharistique pour la préparation des Congres, en: Les Congres Eucharistiques Internationaux pour une nouvelle Évangélisation, Cité du Vatican 1991, p 91.

Les Prieres eucharistiques nous entraînent dans ce climat d'adoration. Elles suscitent cette attitude de louange. «Tu es vraiment saint, Dieu de l'univers, et toute la création proclame ta louange»- Priere eucharistique 3..En s'adressant a Dieu le Pere, l'assemblée fait sienne la priere d'action de grâce du Christ au moment ou il prend le pain et la coupe. «La nuit meme ou il fut livré, il prit le pain, en te rendant grâce il le bénit». Ainsi avec la coupe de vin. Entrant dans les sentiments du Christ, l'assemblée rend grâce dans un esprit d'offrande et de communion avec Lui et dans l'Esprit. Le don du Christ a son Pere entraîne les chrétiens dans un geste d'offrande et une priere de louange et d'adoration.

«Ainsi, les anges innombrables qui te servent jour et nuit se tiennent devant toi, et, contemplant la splendeur de ta face, n'interrompent jamais leur louange»- Priere eucharistique 4.

Mais cette attitude d'adoration n'est rendue possible que dans la mise en valeur des espaces de silence pour écouter et accueillir la Parole de Dieu, pour prier en vérité, pour recevoir le Don de Dieu, l'intérioriser et nous laisser façonner par ce que nous célébrons.

La maniere de proclamer la Priere eucharistique de la part du président de l'assemblée est importante pour que les chrétiens se sentent associés a la priere de louange. Le président n'est pas propriétaire de cette priere. Elle appartient a l'assemblée. Le rôle de l'éveque, du pretre qui président l'Eucharistie est au service de l'assemblée pour l'aider a fortifier sa relation a Dieu et prier du fond du coeur.

3.1 Découvrir comment la célébration inspire l'adoration.

A l'adoration, le Corps et le Sang du Seigneur présents sur la table de l'Eucharistie, sous les signes du pain et du vin, nous rappellent la Cene du Seigneur. Ils nous rappellent surtout qu'en ce lieu une communauté a fait mémoire de la Mort du Seigneur.

Au soir de sa vie, le Christ nous a laissé le Mémorial du don de lui-meme a son Pere et aux hommes. A l'Eucharistie, les chrétiens célebrent ce mémorial de la Pâque du Christ, dans un climat d'action de grâce, de louange et d'adoration a l'égard du Pere. En nous attardant aupres du Seigneur, en dehors de la célébration, nous prolongeons ce climat d'action de grâce et d'adoration, ce temps de communion et d'offrande au Christ. Nous accueillons ainsi la vie qu'il ne cesse de nous donner.

Aujourd'hui comme autrefois, le Christ demeure au milieu de nous dans sa Présence eucharistique, comme Celui qui nous a aimés et s'est livré pour nous.

En rendant grâce Pere, nous reconnaissons le don du Christ qui ne cesse de répandre la vie de Dieu dans les membres de son Corps.

En Lui offrant notre vie et celle du monde nous recevons de Lui son Esprit qui nous renouvelle.

En intercédant pour la paix, la justice et le salut du monde, nous sommes fortifiés pour vivre notre mission de disciples dans l'esprit d'amour du Christ qui donne sa vie au monde.

En accueillant le Don de la Réconciliation, nous favorisons une vie de communion avec le Christ et nous nous engageons a Le rayonner par toute notre vie.

Contemplant le Christ que nous avons célébré, nous nous empresserons d'imprégner le monde du meme esprit d'amour et nous deviendrons ainsi les témoins de ce que nous avons célébré en vérité.

En méditant tous les éléments de la Priere eucharistique, dans ce temps de contemplation et d'adoration, nous entrons plus intensément dans toute la richesse du mystere de la Pâque du Seigneur et nous nous «entraînons» a la vivre. Le contenu des Prieres eucharistiques est une véritable école de priere, d'adoration.

4.1 Découvrir la valeur des signes qui entourent la priere devant l'Eucharistie.

«Lorsque les fideles adorent le Christ présent dans le sacrement, ils doivent se rappeler que cette présence dérive du sacrifice et tend a la communion sacramentelle en meme temps que spirituelle» - Euch.Myst. no 33.

La mise en valeur des signes et des symboles dans la liturgie chrétienne favorise et fait grandir une vie de communion avec Dieu, dans la mesure ou ils révelent une présence, une action, un don. Le signe évoque quelque chose qui est au-dela de ma vue matérielle. Dans le cadre de la liturgie chrétienne, le signe traduit la présence du Christ qui nous rejoint pour nous unir a Lui et nous donner Sa Vie.

«La beauté et la couleur des images stimulent ma priere. C'est une fete pour mes yeux, autant que le spectacle de la campagne stimule mon coeur pour rendre gloire a Dieu» - Saint Jean Damascene, imag. 1, 27.

Dans le contexte de la priere devant l'Eucharistie, quels sont les signes qui nous rappelent le Mémorial du Seigneur et qui stimulent notre priere. A n'en pas douter c'est un ensemble de signes, une harmonie de plusieurs signes qui traduit la réalité que je contemple: la table du repas, la Parole de Dieu, le Corps et le Sang du Christ.

La table du repas me rappelle l'offrande du Christ a son Pere et le don de son Corps et de son Sang en nourriture.

La Parole de Dieu nous révéle les merveilles du Pere a qui nous adressons notre priere d'action de grâces.

Le Corps et le Sang du Christ sur la table du repas pascal nous rappellent le Mémorial célébré de la Mort du Seigneur. Pourquoi ne pas exposer, en certaines occasions, et le Corps et le Sang du Christ, pour mieux identifier ce temps d'adoration?

Mettant ainsi en valeur l'ensemble des signes eucharistiques, nous entrons plus directement dans la contemplation de ce qui a été célébré. Spontanément, les signes nous renvoient au Christ qui rend grâce, qui se donne, qui s'offre et qui supplie. Les signes nous entraînent dans une authentique priere eucharistique et nous donnent d'intérioriser la Pâque du Seigneur pour devenir ce que nous aurons célébré.

Retour QUEL SENS DONNER A L'EXPOSITION?

Si la visite au Saint Sacrement revet un caractere plus simple, plus individuel, tel un rendez-vous d'amitié et de fraternité, l'exposition du Corps du Christ sur la table du repas pascal présente d'autres valeurs. La dimension communautaire devient l'un des éléments essentiels de la priere devant l'Eucharistie. Le contexte communautaire, qui implique un engagement personnel, individuel, traduit et prolonge d'une maniere plus authentique la célébration meme de l'Eucharistie. Ainsi, l'action sacramentelle de la célébration peut rejaillir sur la priere d'adoration.

Voici quelques aspects qu'il est important de considérer pour donner tout son sens et sa valeur a l'exposition.

1. Lorsque j'entre dans une Eglise ou se vit l'adoration, je dois spontanément pouvoir me dire : «en ce lieu, une communauté a fait mémoire de la Mort du Seigneur dans un climat d'action de grâce». Cette réaction spontanée signifie que l'Eucharistie est vraiment au centre de la vie d'un chrétien ou d'une communauté. L'adoration a tout son sens lorsqu'elle se déroule la ou l'Eucharistie façonne une communauté.

La mise en valeur des signes, la table du repas pascal, la présence du Corps, et parfois meme la présence du Sang du Christ sur la table, centre mon esprit sur l'événement qui a été célébré, «la Mort du Seigneur jusqu'a ce qu'il vienne». «Lorsque les fideles adorent le Christ présent dans le sacrement ils doivent se rappeler que cette présence dérive du sacrifice» - De cultu, no 80.

L'exposition me rappelle cet événement. Elle me dit clairement l'origine et la finalité de la présence du Seigneur. Elle m'entraîne d'emblée a faire mémoire de cet événement, a proclamer la mort du Seigneur, a célébrer sa résurrection et a attendre sa venue dans la gloire».

L'esprit avec lequel le Christ a donné sa vie, esprit de don, d'offrande, de communion, d'amour total me met dans une attitude d'accueil. L'événement qui suscite la priere d'adoration est un événement qui doit etre accueilli dans ma vie pour que ma vie en soit imprégnée. Centrant ma priere d'adoration sur toute la portée de cet événement, le chrétien qui aura auparavant célébré l'Eucharistie, ne peut que se laisser façonner et habiter par ce don du Christ aux hommes.

L'adoration, vécue en communion avec l'Eglise célébrante et animée, par des chants, par des lectures de l'Ecriture ou des Peres de l'Eglise, par des prieres d'action de grâces et de supplications, doit favoriser cet «entraînement a mieux vivre le mystere pascal» en centrant la priere, des le début, sur l'événement de la Mort du Seigneur. On pourra rendre les participants attentifs aux signes eucharistiques en rappelant l'origine de ces signes et en les éveillant a leurs implications communautaires et personnelles.

2. La présence permanente du Christ rappelle que la communauté a été nourrie par le Corps du Christ.

«Prenez et mangez, prenez et buvez», telles sont les paroles de Jésus lors de l'institution de l'Eucharistie. Il situe ce don de Lui-meme dans une perspective de salut.

Le signe sacramentel eucharistique ne se limite pas a rappeler la présence du Christ, mais révele et actualise Son geste de salut. Le pain rompu et le vin distribué sont les signes que le Christ s'offre et se donne. La présence du Christ a une valeur dynamique.

Les gestes (bénir, rompre, donner, dire) indiquent l'accomplissement du salut dans l'histoire. Les paroles de l'institution de l'Eucharistie éclairent et approfondissent les gestes du Christ dans une direction personnelle et orientée vers les autres. «Mon corps qui est donné pour vous, mon sang versé pour vous».

« Dans le sacrement de l'Eucharistie, le don de la personne du Christ est merveilleusement proposé comme le sommet de toute son existence»- Alberto Occhioni SSS, «L'adorazione eucaristica».

«La signification de l'Eucharistie est a chercher dans la vie et la personne de Jésus, dans sa vie orientée vers le don de son propre corps et dans le mystere de sa personne qui s'exprime dans sa vie» - Giuseppc Colombo, «La dimensione cristologica dell'Eucaristia, in Communio no 35, 1977.

C'est bien dans cet esprit qu'il faut comprendre les éléments suivants:

«La participation la plus parfaite a la célébration eucharistique consiste a recevoir la communion sacramentelle au cours de la Messe...

«Il faut amener les fideles a communier dans la célébration eucharistique elle-meme.

«En outre, il convient que les fideles empechés d'assister a la célébration eucharistique de la communauté soient fréquemment réconfortés par l'Eucharistie...

Aussi est-il souhaitable que les personnes agées et les malades, meme non gravement atteintes ou sans danger de mort, puissent reçevoir l'Eucharistie...

«On enseignera soigneusement aux fideles ce qui suit: meme lorsqu'ils communient en dehors de la célébration de la Messe, ils s'unissent intimement au sacrifice qui perpétue celui de la Croix, ils participent a ce banquet sacré...»

«Lorsque les fideles adorent le Christ présent dans le Sacrement, ils doivent se rappeler que cette présence dérive du sacrifice et tend a la communion sacramentelle en meme temps que spirituelle...»

«Dans l'agencement de l'exposition, on évitera avec soin tout ce qui pourrait voiler de quelque façon le désir du Christ qui a institué l'Eucharistie avant tout pour etre a notre portée comme notre nourriture, notre remede et notre réconfort» - De cultu, no 13, 14, 15, 82.

En prolongeant, en dehors de la célébration, ce temps de louange et d'action de grâce pour le Christ qui se donne a moi en nourriture pour me sauver et parce qu'il m'aime, ne peut que m'entrainer a entrer dans les sentiments du Christ qui rompt son corps et verse son sang. Nourri du Christ, fortifié par ce don, la contemplation me façonne au point que ce n'est plus moi qui vit en Lui, mais Lui en moi.

Ma priere devient un temps de communion intime avec le Christ parce que je la centre sur Lui. Il est ma nourriture, ma force, la source de ma vie. L'exposition du Christ sur la table eucharistique me rappelle le sens de Sa présence et stimule ma relation avec Lui.

3. La dimension communautaire de l'adoration développe l'esprit d'unité et de fraternité

Autant les signes eucharistiques exposés me rappellent la célébration et m'entraînent dans une priere d'action de grâce pour intérioriser le mystere pascal, autant ce temps d'adoration me met en communion avec ceux et celles qui ont «proclamé la Mort du Seigneur». Comment sous-estimer l'Eglise, l'assemblée, mes freres et mes soeurs avec qui j'ai vécu le mystere central de la foi. Mystere qui suppose et fortifie la vie fraternelle, une vie de communion avec le Christ et entre nous.

Cette dimension est meme fortement soulignée dans les deux documents consacrés au culte en dehors de la célébration.

«Dans les églises ou l'on conserve habituellement l'Eucharistie, il est recommandé de faire chaque année une exposition solennelle du Saint Sacrement... pour que la communauté locale médite et adore ce mystere plus longuement». Sous-entendu ici la communauté célébrante. Parce qu'elle a céIébré elle adore. L'accent est mis sur la primauté de la célébration qui appelle un temps de contemplation. Contemplation déja présente dans la célébration et qui comporte une exigence d'intériorisation.

Le vrai sens de l'adoration en communauté, en assemblée, apporte un enrichissement dans le développement de la vie fraternelle de la communauté, pour stimuler l'esprit d'unité et de charité. Elle favorise l'esprit de communion entre chrétiens qui adorent apres avoir Célébré. Contempler ensemble, adorer ensemble fortifie une vie de communion.

«Lorsque l'adoration devant le Christ Seigneur se fera avec la participation de toute la communauté, elle comportera des lectures bibliques... afin de favoriser plus efficacement la vie spirituelle de cette communauté. C'est ainsi que l'esprit d'unité et de fraternité, signifié et réalisé par l'Eucharistie, progressera parmi les membres» - De cultu, no 90; Instruction sur la vie spirituelle dans les séminaires, Congr. pour l'éducation catholique, 1980.

Une communauté chrétienne qui place au centre de sa vie l'Eucharistie et qui se laisse transformer par l'action salvatrice du Christ cherchera dans des moments forts de contemplation a entrer plus pleinement dans les sentiments du Christ, a vivre une communion plus intense avec le Christ et les freres et «a devenir, ensemble, ce qu'elle célébre».

L'Eucharistie célébrée et contemplée a une influence considérable sur la vie de I'Église dans son témoignage de charité et d'engagement pour la paix et la justice. Un témoignage imprégné de l'Esprit du Christ et un engagement qui traduit tous les choix de Jésus venu pour sauver.

Le temps de l'adoration me révele la finalité de la présence du Seigneur, une présence pour la communion. Comment des lors ne pas associer a la priere tous les malades, les absents qui ont besoin du Pain qui les fortifie dans leur foi?

Retour CONTENU DE LA PRIERE D'ADORATION

La célébration de l'Eucharistie inspire la priere d'adoration dans la mesure ou l'Eucharistie est devenue le centre vital de la vie du chrétien et celui de la communauté.

Si j'ai découvert la dynamique interne de la célébration et que je célebre dans cet esprit, me laissant façonner par l'action de Dieu qui rassemble, qui parle, qui se donne et qui m'envoie, l'adoration du Christ de l'Eucharistie devient un temps imprégné de cette dynamique.

Les Prieres eucharistiques m'orientent au coeur de la célébration, au centre de la vraie priere d'adoration, a la source d'un contenu et d'une méthode. Les valeurs de la grande priere d'action de grâce inspirent mon temps de contemplation en dehors de la célébration.

De quelles valeurs s'agit-il?

La commumion au Christ

«Qui mange ma chair et boit mon sang demeure on moi et moi en Lui» - Jean 6,56. L'attitude d'adoration me met dans une disponibilité qui prolonge la rencontre personnelle avec le Christ pour accueillir intérieurement la vie qu'Il me donne.

L'adhésion a la Parole de Dieu

Le dynamisme de la Parole de Dieu, proclamée dans la célébration demande qu'elle soit accueillie comme «Parole Vivante». Il est important de méditer et de prier la Parole de Dieu jusqu'a contempler le Christ, Parole Vivante on nous. L'adoration m'insere dans un tel itinéraire pour assimiler le message de salut qu'il m'adresse. Dans ce contact avec le Seigneur, c'est l'expérience des disciples d'Emmaüs qui se répete: «Notre coeur ne brulait-il pas en nous tandis qu'il nous parlait on chemin et nous ouvrait les Écritures?» - Luc 24, 32

La participation au mystere pascal

Jésus a vécu l'heure du Cénacle, de sa passion et de sa mort dans un intense climat de priere, dans un esprit d'abandon au Pere. Avec la priere devant l'Eucharistie, nous entrons plus intérieurement dans cette attitude du Christ qui a donné sa vie dans un esprit d'amour.

Action de grâce et supplication

Lors de la célébration, les chrétiens accueillent avec gratitude le don du Christ et ils participent a l'action de grâce du Christ qui est l'incarnation vivante de la louange au Pere. Toute la vie du chrétien doit etre imprégnée de cet esprit de louange.

L'adoration est un moment qualifié qui prolonge cette attitude d'action de grâce dans notre existence.

Tout en rendant grâce, en communion avec le Christ, le chrétien s'adresse au Pere pour lui dire sa gratitude et Le supplier de poursuivre ses merveilles dans «le vaste champ de la vie des hommes».

Offrande et don de l'Esprit

«Offrant toute leur vie au Pere, avec le Christ, dans l'Esprit, ils puisent dans cet admirable échange, un accroissement de leur foi, de leur espérance et de leur charité» - De cultu, no 80.

L'offrande que le Christ fait de lui-meme a son Pere est concrétisée dans la célébration par ce don de lui-meme par amour: «Le Pere m'airme parce que je me déssaisis de moi-meme; et j'ai le pouvoir de la reprendre» - Jean 10, 17. L'offrande du pain et du vin est un souvenir continuel d'un tel geste d'offrande. Et c'est au Pere que l'assemblée demande d'envoyer son Esprit pour transformer ce pain et ce vin au corps et au sang du Christ, comme elle le fait d'ailleurs pour l'assemblée apres le récit de l'institution. Offrande et don de l'Esprit pour renouveler, transformer, consacrer.

L'adoration devant l'Eucharistie nous invite a entrer dans une dynamique de don, d'offrande de soi, de la communauté, de l'Eglise et du monde, pour que par le don de l'Esprit tout soit renouvelé.

Ce sont quelques valeurs essentielles qui décrivent le contenu de l'adoration. Ainsi, ceux qui adorent «entretiennent les bonnes dispositions qui leur permettent d'avoir toute la dévotion voulue pour célébrer le mémorial du Seigneur et recevoir fréquemment ce pain que le Pere nous donne» - De cultu, no 80.

A partir de la, nous pouvons proposer la démarche suivante:

- centrer son regard sur les signes eucharistiques et faire mémoire de «la mort du Seigneur»

- relire et accueillir la Parole de Dieu comme manifestation des merveilles de Dieu dans son oeuvre de salut.

- entrer dans un temps d'action de grâce et de supplication.

- prolonger dans un temps d'offrande et d'appel a l'Esprit.

- terminer par une doxologie au Pere.

Ce schéma est un cadre, un chemin personnel ou communautaire. Il n'est pas nécessaire de le vivre en son entier. Un seul aspect peut parfaitement nourrir ma priere. L'essentiel demeure la contemplation du don du Christ en son Eucharistie qui m'invite a participer plus intensément au mystere pascal et qu'ainsi toute mon existence en soit imprégnée. L'adoration devient chemin vers une célébration plus intérieure mais aussi passage vers une vie totalement eucharistiée.

1er avril 1995 - P. Daniel Mischler sss

Retour