69

A notre époque, c’est une chose sainte et bien oubliée que la crainte de Dieu qui achemina beaucoup d’âmes à la sainteté.
On ne craint pas le Seigneur parce qu’on ne Le voit pas et l’on se permet de douter, non seulement de Son existence, mais encore de Sa bonté et de Sa justice.
Les blasphèmes les plus horribles se déchaînent contre Lui qui, s’Il devait, ne fût-ce qu’un instant, retirer Sa main du monde, le ferait tomber en ruine en un instant.
Crains le Seigneur, Ma fille. S’il ne lance pas la foudre à tout moment sur ce monde pervers et incrédule, c’est uniquement parce que des âmes simples et craintives Le supplient, avec des gémissements et des prières, d’avoir pitié de tous.
Considère Sa bonté dans Sa manière de gouverner l’Univers et de pourvoir au besoin de chaque créature, mais crains fortement aussi Sa justice, aussi infinie que Sa bonté, et pense que Sa main pourrait tomber lourdement sur le monde et l’écraser.
Vis, pleine de confiance envers Dieu, envers ce Père bon et miséricordieux, mais crains-Le aussi. Car, en Juge sévère, II te demandera compte de tout un compte serré même d’une parole inutile ou d’une minute perdue, comme d’une insulte faite à ton frère ou d’une charité refusée.
Tourne ton regard vers les siècles passés et considère à quel point Dieu a été sage, mais, en scrutant l’histoire, vois aussi comment Son plan d’amour est allé se réalisant sans cesse. Plan dc salut dont Je fus le centre, Moi qui te parle.
De même que Je fus au coeur de l’histoire, de même Je suis au coeur de la vie de tout homme.

AVEC CRAINTE ET TREMBLEMENT
Suis Dieu dans l’accomplissement de Son plan d’amour et de salut à ton égard; suis-Le avec crainte et tremblement, avec joie et amour, et tu acquerras la sagesse éternelle qui te fera tout voir dans sa juste lumière.
Ecoute Sa parole qui est vérité et vie et tâche de la mettre en pratique, car aucune syllabe n’en doit être perdue.
Ecoute Ses inspirations, Ses conseils, Ses avertissements, car Dieu ne parle jamais inutilement ; et, tout en respectant la liberté de l’homme, II désire être obéi, non pas tellement pour Lui-même que pour toi, pour vous, car II ne veut que votre bien sur terre et dans l’éternité.
Oui, même sur terre, car aucun père n’a jamais été aussi empressé que Lui à procurer le vrai bien à Ses enfants, II voit, jusqu’au fond, les vrais besoins de chacun et II a la possibilité d’y pourvoir.


70

69