85

JE VOUS COMPRENDS

Ce n’est qu’en Enfer que se fera la séparation complète. Là, il n’y a pas de respiration, car la respiration de l’âme, c’est Dieu, et les âmes des damnés ne Le ressentent plus, même s’Il demeure présent par Sa justice.
Ames qui vivez dans la désolation et pensez que Dieu vous a abandonnées, qu’Il vous a oubliées, qu’Il ne vous aime pas, venez au pied. de la Croix, regardez-Moi, Ecoutez-Moi. Moi, Je vous comprends; J’ai connu cette souffrance avant vous ; avant vous, J’ai dit : « Père, pourquoi M’as-Tu abandonné ? ». Mais si, par la suite, Mes enfants chéris, sous le pressoir de la douleur, peut s’échapper de vos lèvres quelque expression de désespoir et d’angoisse, regardez-Moi, Moi qui vous ai été un exemple en tout, et répétez avec Moi : « Père, Je remets Mon esprit entre Tes mains ».
Oui, confiez au Père les peines qui affligent votre âme ; elles sont pires que celles du corps. Relevez-vous, Je vous en prie, ne pensez pas que Dieu vous abandonne.
Moi aussi, du haut de la Croix, Je voyais se déchaîner sur Moi la Justice de Dieu, Je Me voyais dans la plus intense désolation, et pourtant le Père était avec Moi et en Moi, il souffrait avec Moi et pour Moi et Il M’aimait comme il M’avait aimé de toute éternité.
Courage, Mes enfants souffrants, Je suis avec vous, le Père est avec vous et vous aime. Regardez vers le Ciel, regardez en vous et vous Me trouverez caché dans votre coeur pour souffrir avec vous regardez autour de vous et vous verrez combien souffrent encore plus que vous et comment la souffrance peut se transformer en joie quand, de la nôtre, nous faisons un moyen de consolation et de salut pour les autres.
« Tout est accompli », ai-Je dit ensuite. Oui, le sacrifice était accompli. J’avais passé Ma journée comme l’avait voulu Mon Père et Je retournais à Mon Père.
Mes chers enfants, chacun de ceux qui viennent au monde a une mission particulière à remplir ; chaque homme a reçu une tâche. Ce que l’un refuse de faire ne pourra être fait par un autre.
Il est très important de connaître ce que Dieu veut de nous et de réaliser Sa Volonté dans notre vie.
Et cela, afin que tu puisses arriver au dernier jour, au sommet du Calvaire et que tu puisses dire: « J’ai fini ma journée de travail pour le Seigneur, j’ai accompli ma mission ; maintenant, comme pour le bon larron qui se tenait à côté de Toi, Jésus, le Paradis m’attend ».


86

85