53

Non, Mes enfants, Elle n’abandonne jamais personne, pas même ceux qui s’éloignent d’Elle. Au contraire, Elle les poursuit avec insistance pour qu’iL~ reviennent. Elle tient compte de tout ce que l’on fait pour Elle. Même si vous le faites une seule fois et si, une seule fois, vous L’invoquez, Elle ne l’oublie plus. Elle est la Maman des mamans, mais surtout Elle est la Maman de Dieu, et, de cette dignité, dérive Son pouvoir au Ciel, sur terre et dans les abîmes.


La Sainteté
Jeudi 9 triai 1968

Ma fille bien-aimée, la vie passe vite et arrive la reddition des comptes. Songe à bien utiliser cet argent qui t’a été donné, l’argent de la vie. Pense à la sainteté et soucie-toi de l’atteindre car c’est cela que ton Dieu veut de toi ; c’est pour cette raison qu’il t’a créée.
Tu dois être sainte, c’est-à-dire parfaite. Tu dois sans cesse tendre à devenir meilleure, en rendant ta vie toujours plus conforme à Mes enseignements et à Ma vie. Je suis né, J’ai vécu et Je suis mort pour être ton modèle en tout.
Imite-Moi dans ta vie spirituelle et dans ta vie de piété. Fais en sorte que tes prières soient l’expression sincère de ce que tu ressens dans ton coeur et de ce que pense ton esprit. Coml~ats les distractions, quel que soit leur genre, car le fait d’y céder est un défaut et par elles, quand elles sont volontaires, se perd une grande partie du fruit spuituei que la prière apporte avec elle.
Vis ta vie intérieure en te souciant seulement d’augmenter la grâce qui te rend agréable au Père et approfondis toujours davantage Mon amitié avec toi.

VIE D’AMOUR
Corresponds à l’oeuvre que l’Esprit-Saint est en train d’accomplir dans ton âme en Le secondant dans les inspirations qu’il t’envoie et dans la vie d’amour que, sans cesse, il te manifeste.
Exerce-toi à la patience envers toi-même, en supportant tes défauts que tu ne peux supprimer en un instant, mais derrière lesquels et avec lesquels Il te laissera peut-être combattre pendant toute ta vie.
Exerce-toi à la patience envers les autres qui, comme toi, sont imparfaits, car vous êtes tous pécheurs~ Mes enfants; et vous êtes tous inclinés au mal et, mutuellement, avec patience, vous devez vous supporter et vous corriger.


154

53