85

Ne vous rendez pas la vie pesante si vous pouvez l’utiliser dans ce but. Je suis venu au monde pour sauver ce qui était perdu. Si vous M’?aidez dans ce travail, grande sera votre récompense.
Vous ne pouvez pas et vous ne devez pas rester indifférents devant les âmes qui se perdent. Chacun porte un peu de la responsabilité de son frère qui court à sa ruine. « Qu’as-tu fait de ton frère ? » demandait Dieu à Caïn. De même, Il le demandera aussi â chacun d’entre vous, car chacun est chargé du salut de son prochain.
« Qu’as-tu fait de tes enfants? » demandera-t-il aux mamans, « et de ton mari ? »
« Qu’avez-vous fait des Prêtres que Je vous ai donnés » ? Avez- vous souffert et travaillé avec eux pour le salut des âmes ? Avez- vous prié pour leur sanctification, afin qu’après avoir prêché aux autres, ils n’en viennent pas eux-mêmes à se perdre?
Et de toutes les personnes que J’ai placées près de vous, qu’en avez-vous fait ? Les avez-vous édifiées par de bon conseils? Leur avez-vous dispensé quelque bonne parole et surtout, avez-vous fait sentir l’ardeur de votre charité, de votre affection, pour les gagner à Dieu, à Moi ?
AIMEZ TOUT LE MONDE
Avez-vous vraiment prié de tout coeur pour tout le monde, ou vous êtes-vous hermétiquement renfermés en vous-mêmes, limitant votre supplication à ces bagatelles personnelles et matérielles devant lesquelles il était même inutile de s’arrêter un moment.
Mes enfants, élargissez vos vues et vos coeurs. Aimez, aimez tout le monde. Que de problèmes se résoudront avec facilité, alors qu’ils paraissaient insolubles.
N’oubliez jamais que ce qui compte le plus, c’est de sauver l’âme, mais que vous sauverez difficilement la vôtre si vous n’avez pas également à coeur le salut des autres.


Ascension
Jeudi 23 mai 1968
Je vais te parler de Mon Ascension au Ciel.
Quarante jours après Ma Résurrection, après avoir confirmé dans la foi Mes Apôtres et Mes disciples, après avoir institué le Sacrement de la Confession et donné à l’Eglise un chef en la personne de Pierre, l’assurant de Mon assistance et lui confiant la garde de cette Eglise représentée par les brebis et les agreaux image que J’employais cou- raniment pour désigner les âmes, étant Moi-même le Bon Pasteur, en présence de plus de cinq cents personnes, Je montai au Ciel.
Tous demeuraient tournés vers Moi et attendaient que Je revinsse, même si, très souvent, J’avais affirné que Je remonterais vers le Père


186

85