2

Dur eux qui sont frappés par la maladie, peut-être plus grave et plus Duloureuse que la tienne, et tu leur seras une aide. La paix entrera ~ eux, même dans la douleur.
Le Père accepte, agrée et bénit cet altruisme, ce don aux frères, t Li en récompense celui qui le fait. Vous énoncez de nombreux protrbes qui rappellent l’utilité de ces dons réciproques et il est bon ~e tu les gardes présents à ton esprit. Le proverbe est comme un tain de sagesse qui maintient une vérité vivante dans l’esprit.
Rappelle.toi, par exemple : « Celui qui prie pour les autres liésaurise pour lui.même ». « La Charité sort par la fenêtre et entre par la porte. »

r AGIR PAR AMOUR
Il est vrai qu’il est plus parfait d’agir par amour, sans penser â la récompense ; mais Dieu est infiniment juste et récompense avec surabondance tout ce que l’on fait pour ses enfants, même si pour le bien accompli par pur amour, la récompense est aussi plus grande.
Dans les autres leçons, Je t’ai parlé des âmes du Purgatoire et de leur oeuvre de salut en faveur des vivants. Elles ne peuvent prier pour elles-mêmes, mais avec quel amour elles pensent â vous et prient pour vous. La Communion des Saints les réjouit et elles reçoivent réconfort et soulagement tandis qu’elles paient ce don de retour avec générosité et amour en Dieu.
C’est pourquoi tu agis très bien lorsque tu leur fais don de tous tes mérites et de tes prières ; sois sûre aussi que cet acte héroïque de charité, qui te prive de tout en faveur de ces âmes, sera récompensé de façon vraiment merveilleuse. Elles seront auprès de toi sur le chemin de la vie, de manière â te sauver de nombreux périls et à te protéger contre eux.
Ces âmes te seront de bonnes compagnes sur qui tu pourras compter dans tous tes besoins. 7’
Tu n’es donc pas seule au monde. De même que tu ne dois pas vivre égoïstement pour toi, mais penser à tous les autres, ainsi sois sûre qu’il y a tout un monde qui, avec Dieu, veille sur toi et t’aide.
Ouvre ton coeur â une grande joie et â une grande espérance, ouvre ton coeur â l’amour, donne ta contribution â la grande famille des Saints de Dieu et d’elle aussi, reçois ta part.


En train vers San Giovanni Rotondo
Vendredi 31 mai 1968 (12 h. 15)

Ma fille bien-aimée, écoute-Moi. La leçon, Je te la donne dans le train, alors que ta te rends auprès de Mon fils de prédilection qui

201

2