63

de Dieu ou l’oeuvre dc l’Ennemi. Sois toujours prête au combat, méme s’il est dur. Moi, Je suis à tes côtés et Je combats avec toi.
Invoque la Reine des Victoires et ne crains pas.


Deux choses à ne pas oublier
Lundi 22 juillet 1968

Ma fille bien-aimée, il y a deux choses que tu ne dois jamais oublier tes péchés et Mon Infinie Miséricorde.
La pensée de ta faiblesse, de ta misère et de tes chutes doit te niailitenir dans l’humilité et dans la crainte dc toi-même, tandis que la pensée de Ma Miséricorde doit te donner des ailes pour t’élever et M’invoquer.
La liasse estime de toi-même qui dérive de l’expérience de nombreuses chutes ne doit pas te décourager. Plus tu te sens petite et faible et plus Je Mc penche vers toi. Mon Amour est compatissant à l’infini et, de même que tu ne resterais pas indifférente devant un enfant implorant ton aide, de niêtnc c’est avec une tendresse infiniment supérieure à la tienne que Je Me penche vers celui qui, ayant péché, s’humilie, se fait petit, se fait enfant et implore pitié, miséricorde et secours.
Rappelle-toi ceci : aussi grandes que soient la méchanceté et la ntalice de l’homme, elles ne seront jamais aussi grandes que Ma Bonté et Ma Miséricorde, Elle est comme une mer dont tu ne peux apercevoir le rivage, si grande est son immensité.
Souviens-toi touj ours de tes péchés pour t’humilier, rappelle-toi Ma Miséricorde pour t’élever. Le regret des péchés te garde dans un état de préparation à la mort, qui peut survenir d’un moment à l’autre. La mort viendra comme un voleur. Elle ne se fait pas annoncer.
La contrition te purifie et la confiance en Mon pardon doit te remplir de joie et te stimuler à gravir les hauteurs, à grandir dans la reconnaissance et dans l’Amour.
La pensée de tes chutes doit te rendre attentive et vigilante pour ne pas retomber, et compréhensive envers les autres qui tombent, non pas pour laisser passer inaperçu le mal, saris le condamner, mais pour aller au-devant de celui qui se trompe et l’aider à se relever.
Ne soyez pas, Mes enfants, de ceux qui se lamentent continuelle- nient du mal qu’il y a dans le monde, et en en parlant, ne font que le répandre. Laissez le Seigneur voir le mal. Vous, parlez de bonté, d’amour, de choses belles, de tout ce qui édifie et construit.
Le péché détruit, l’Amour construit,
Répandez l’Amour c’est utile à l’individu et à la société, à la vie terrestre et à la Vie éternelle.

262

63