21

Tu verras au Paradis combien de surprises tu trouveras! Des âmes qui n’ont pas connu les vérités de la foi, mais qui ont vécu selon la loi que Dieu u mise dans leur âme, comme Il l’a mise dans l’âme de tout homme. Tu verras ces âmes posséder une gloire supérieure à celle de beaucoup de chrétiens, qui ont reçu l’abondance des grâces auxquelles ils n’ont pas correspondu.
Reprenez courage, Mes enfants ! Désirez la sainteté, non pas comme une vague chimère, mais comme un idéal, comme un sommet à atteindre, auquel vous pouvez arriver, car ce n’est pas ime route nouvelle que vous devez parcourir, mais c’est une voie qui tous a été tracée par des millions de Saints qui vous ont précédés.
Ce sont les cohortes des martyrs, des vierges, des confesseurs. Ce sont vos saintes mamans et vos saints papas, qui ont eu une foi inébranlable en Ma Parole, une observance irréprochable de Mes enseignements, qui ont semé leur vie de bonnes actions et ]‘ont couronnée par une sainte mon.
Sur leurs traces, tenant entre vos mains la main de la Reine de tous les Saints, marchez rapidement, Mes ~nfants, sur la voie de la sainteté.
Relevez-vous après chacune de vos chutes, en demandant Mon pardon et Mon secours; car ce n’est pas tellement la chute jui M’afflige, mais le découragement. Moi, Je connais votre nature et votre faiblesse, Je mesure vos forccs et Je Me réjouis de pardonner et d’aider Mes enfants.
L’humilité de reconnaître votre propre faiblesse et votre rapidité à recourir ii Ma Miséricordieuse Bonté sont ce qui vous attire grâce sur grâce et le secours pour grandir dans la Sainteté à laquelle vous êtes tous appelés.
Ma fille, ajoute encore ceci. Etre saint, c’est faire Ma Volonté et La chercher en tout et L’accepter, quelle qu’Elle soit.
Celui qui n’accepte pas de faire Ma Volonté Me lie les mains de sorte que toutes les grâces que J’aurais désiré accorder et la grâce que J’aurais voulu donner ou augmenter, restent en Moi et Je ne puis les faire passer en celui qui se rebelle contre Mon Vouloir ou choisit sa volonté au lieu de la Mienne.
N’aie peur de rien, Ma fille. Mon Vouloir triomphera toujours sur tous et sur tout. Reste toujours à Ma disposition et sois tranquille.

L’unité
Mercredi 4 septeabre 1968

Ma fille, Je veux te parler de cc qui forme Mon désir le plus douloureux de Père, de Pasteur et de Chef de l’Eglise. Je veux te

304

21