35

toujours Fils de Marie.

C’est pourquoi Je suis Mère de l’Eucharistie. Et, en tant que Mère, je suis toujours à côté de mon Fils. Je l’ai été sur cette terre; je le suis maintenant au ciel, grâce au privilège de mon assomption corporelle; je suis aussi là où Jésus est présent, dans tous les tabernacles de la terre.
Comme son corps glorieux, étant en dehors des limites du temps et de l’espace, lui permet d’être ici devant vous, dans le tabernacle de cette petite église de montagne, mais lui permet d’être en même temps présent dans tous les tabernacles du monde entier, ainsi votre céleste Maman, grâce à son corps glorieux qui lui permet d’être ici et partout, se trouve vraiment près de chaque tabernacle où Jésus est gardé.
Mon Coeur Immaculé lui sert de tabernacle vivant, ardent, maternel, de tabernacle d’amour, d’adoration, d’action de grâces et de perpétuelle réparation.

Je suis la Mère joyeuse de l’Eucharistie.
Vous savez, fils de prédilection, que là où se trouve le Fils, il y a aussi toujours le Père et l’Esprit Saint.
Comme, dans la gloire du ci~1, Jésus est assis à la droite du Père, en union intime avec l’Esprit Saint, de même, lorsqu’appelé par vous, il se rend présent dans l’Eucharistie et qu’il est gardé dans le tabernacle, entouré par mon Coeur de Maman, à côté du Fils, il y a toujours la présence réelle du Père, la présence réelle de l’Esprit Saint, il y a toujours la divine et très Sainte Trinité.
Mais comme au ciel, à côté de chaque tabernacle, il y a aussi la présence extasiée et joyeuse de votre céleste
642
Maman. Y sont aussi tous les Anges, disposés dans leurs neuf choeurs de lumière, pour chanter la toute- puissance de la très Sainte Trinité, en diverses modulations d’harmonie et de gloire jusqu’à faire transparaître pour ainsi dire, à des degrés divers, sa grande et divine puissance.
Autour des choeurs des Anges, il y a tous les Saints et les Bienheureux qui, précisément de la lumière, de l’amour, de la joie perpétuelle et de l’immense gloire qui part de la très Sainte Trinité, reçoivent un accroissement continuel de leur éternelle et de plus en plus grande béatitude.
A ce sommet du paradis montent aussi les profondes aspirations, les souffrances purificatrices, la prière incessante de toutes les âmes du purgatoire. Celles-ci y tendent par un désir, par une charité de plus en plus grande, dont la perfection est proportionnée à leur libération progressive de toute la dette due en raison de leur fragilité et de leurs fautes, jusqu’au moment où, parfaitement renouvelées par l’Amour, elles peuvent s’associer au chant céleste qui se forme autour de la très sainte et divine Trinité, qui se trouve au ciel et dans tous les tabernacles, où Jésus est présent, aussi dans les parties les plus éloignées et les plus abandonnées de la terre.
Voilà pourquoi, à côté de Jésus, je suis la Mère joyeuse de l’Eucharistie.

Je suis la Mère douloureuse de l’Eucharistie.
Avec l’Eglise triomphante et souffrante, qui vit autour du centre d’amour qu’est Jésus dans l’Eucharistie, devrait se rassembler aussi I’Eglise militante; vous devriez vous rassembler, vous tous, mes fils de prédilec643
I

35