39

Ma naissance
Milan, 8 septembre 1986 Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie
«En la fête de ma Nativité, le paradis exulte et l’Eglise souffrante et militante me contemple comme un signe de joie, d’espérance et de maternelle consolation.
Ma naissance est cause de votre joie.
Au moment où naît votre céleste Maman, comme une aurore qui se lève, devient pour vous proche et certain le jour radieux de votre salut.
Auprès de mon berceau, le ciel tressaille de joie, avec les innombrables cohortes d’Anges, qui, depuis toujours, ont attendu ce moment ineffable. Autour de mon berceau se rassemblent dans la joie les esprits des prophètes et des justes, qui ont vécu, préparé et espéré, dans l’attente de cet heureux événement. Sur mon berceau se penchent le Père, avec un immense amour de prédilection, dans la contemplation du chef-d’oeuvre de sa création, - le Verbe, dans l’attente du moment où il pourra se déposer dans mon sein virginal et maternel,
- l’Esprit Saint qui se communique déjà à mon âme avec sa plénitude d’amour.
C’est pourquoi ma naissance est par-dessus tout un motif de grande joie pour vous tous qui aimez m’invoquer comme cause de votre joie.
Ma naissance est aussi cause de votre espérance. Désormais, la Rédemption, attendue depuis tant de siècles, désirée, prophétisée, est sur le point de devenir un événement concret de votre histoire. Je nais pour donner naissance à Jésus, votre Rédempteur et Sauveur.
650
C’est une nouvelle aurore qui se lève pour toute l’humanité. Le péché est sur le point d’être vaincu et, pour l’esprit du mal, approche le moment de sa défaite totale, tandis que toute la création se prépare à recevoir le don d’un total renouvellement.
C’est pourquoi ma naissance devient aussi motif d’espérance pour vous tous, qui aimez m’invoquer comme Mère de l’espérance.
Ma naissance est surtout cause de votre consolation. La petite créature, à peine née, que vous contemplez aujourd’hui encore dans son berceau, jouit du merveilleux dessein de devenir Mère de Jésus et Mère de toute l’humanité. Et cela vous donne un grand réconfort dans les temps douloureux que vous vivez. Car, vous avez tous une Mère Immaculée, qui vous connaît, vous comprend, vous aide et vous défend. Surtout dans les heures sanglantes des grandes souffrances auxquelles vous êtes appelés, quel réconfort cela vous apporte de savoir, avec certitude, que la céleste Maman est toujours près de vous pour partager votre souffrance, pour donner force à votre confiance et pour être consolation dans vos nombreuses souffrances!
Ne craignez pas. N’ayez pas peur. Sentez à vos côtés la céleste Maman, que vous vénérez aujourd’hui au moment de sa naissance terrestre et qui doit devenir pour tous, surtout en votre temps, cause de joie, d’espérance et de consolation»


Je vous forme à la souffrance

«Fils de prédilection, apprenez de moi à dire toujours OUI au Père céleste, même lorsqu’il vous demande la
651
15 septembre 1986 Fête de Notre-Dame des Sept Douleurs

39