55

sainteté.
Il faut aujourd’hui que tous mes enfants se convertissent et qu’il se remettent à croire à l’Evangile, à vivre selon l’Evangile, à se laisser guider uniquement par la sagesse de l’Evangile. Voici les jours favorables pour votre conversion. Des jours de grâce et de miséricorde, d’espérance et d’attente... Ce sont les jours préparatoires à ce qui vous attend désormais, aux grands événements qui vous ont été prédits.
C’est pourquoi je vous demande aussi des oeuvres quotidiennes de mortification et de pénitence. Que la pénitence soit offerte à mon Coeur par vous de trois manières.

Donnez-moi avant tout la pénitence intérieure, que vous devez exercer pour parvenir à vous dominer vous- mêmes, vos passions, et pour devenir vraiment dociles, humbles, petits, disponibles pour mon dessein. Mon Coeur est quelquefois peiné de voir la résistance que vous opposez à mes invitations maternelles; ainsi, vous ne réussissez plus à atteindre la mesure de docilité, d’humilité, de véritable anéantissement de vous-mêmes que je vous demande, parce que cela m’est indispensable pour pouvoir vous employer pour la réalisation de mon dessein de salut et de miséricorde.

Et puis, offrez-moi la pénitence silencieuse et quotidienne que vous occasionne le généreux accomplissement, dans toutes les circonstances de votre vie, de la seule volonté du Seigneur, par l’humble, fidèle et parfaite réalisation de tous vos devoirs. Si vous agissez de la sorte, que de précieuses occasions de souffrir et d’offrir se présentent à vous dans le courant d’une journée
682
entière. Votre sourire, votre sérénité, votre calme, votre patience, l’acceptation, l’offrande sont de vraies pénitences silencieuses, qui donnent un surcroît de valeur et de lumière à toutes les circonstances de votre vie.

Je vous demande aussi la pénitence extérieure, qui s’exerce toujours dans la domination des passions, dans la mortification de vos sens, spécialement des yeux, de la langue, de l’ouïe et du goût.
Ne regardez pas le grand mal qui vous entoure et tant d’impureté qui infecte vos chemins. Renoncez à regarder la télévision pour garder la lumière dans votre âme et pour donner, dans votre vie, une plus grande place au recueillement, à la méditation et à la prière.
Sachez mettre un frein à votre langue et faire silence en vous et autour de vous, pour que vous puissiez parler seulement pour répandre le bien, en esprit d’amour et d’humble service envers tous. Fuyez les critiques et les murmures, les médisances et les méchancetés. Ne cédez pas à la tentation facile du jugement et de la condamnation.
Fermez vos oreilles et votre esprit au fracas des voix qui deviennent aujourd’hui de plus en plus assourdissantes et vous amènent à vivre dans le bruit, dans la confusion et dans l’aridité.
Mortifiez votre goût en vous abstenant de ce qui suscite davantage votre plaisir et en pratiquant aussi le jeûne corporel, demandé par Jésus dans son Evangile et que je vous demande encore aujourd’hui.
Si vous marchez sur le chemin que je vous trace, les jours de votre vie seront bénis par le Seigneur; ils vous conduiront à la paix du coeur et à la pureté de l’âme. Vous deviendrez vous-mêmes ma parole vécue et vous
683

55