56

porterez partout la lumière de ma présence dans les épaisses ténèbres qui recouvrent le monde.
C’est sur le chemin lumineux de conversion et de pénitence que je vous conduis toujours, spécialement en ces j ours préparatoires au grand miracle de la divine miséricorde, qui est sur le point de se réaliser».
Entrez avec moi au Gethsémani
Dongo (Como), 16 avril 1987 Jeudi saint
«Vivez dans la clôture virginale de mon Coeur Immaculé, intimement associés à Jésus, ces heures douloureuses de sa passion rédemptrice. C’est sa Pâques. C’est votre Pâques.
Vous rappelez aujourd’hui l’institution du nouveau sacrifice et du nouveau sacerdoce. Dans son dessein d’amour, avec les douze Apôtres, vous étiez présents aussi, vous tous, mes fils de prédilection.
C’est la grande fête du sacerdoce. Vous vous retrouvez autour de vos Evêques pour renouveler les promesses, faites le jour de votre ordination sacerdotale. Je vous invite tous aujourd’hui à renouveler avec moi l’engagement de votre plus grande fidélité. Soyez fidèles à Jésus et à son Evangile; soyez fidèles au Pape et à l’Eglise unie à lui; soyez fidèles à la célébration vécue de l’Eucharistie et à l’administration des sacrements, surtout de celui de la Réconciliation; soyez fidèles à l’obligation, assumée par vous, du saint célibat; soyez fidèles à la prière, à l’apostolat, à l’exercice d’une charité de plus en plus parfaite.
Alors, vous pouvez consoler le Coeur divin et sacer684
dotal de votre frère Jésus pour tant d’abandon et pour une si vaste trahison, qui se renouvellent encore aujourd’hui.
Entrez avec Jésus au Gethsémani. Laissez-vous serrer entre ses bras pour sentir toute l’agonie d’un Coeur, le plus aimant, le plus donné, et qui est oppressé par tout le mal, par la haine et le péché du monde.
Ce Coeur a maintenant un si grand besoin de réconfort et il ne le trouve pas: il cherche les trois Apôtres les plus chers et ils dorment, les disciples aimés et ils sont loin, un geste d’ami et il reçoit le baiser du traître, la confirmation d’une prédilection et il reçoit en réponse le reniement. Baisez ses lèvres pour goûter toute l’amertume de son calice. Alors, vous comprendrez pourquoi, sous le poids énorme qui l’écrase et l’oppresse, une abondante sueur et des gouttes de sang commencent à recouvrir son divin corps, frappé sous le poids de la justice du Père.
Que, dans son intérieure et très douloureuse agonie, votre prière soit une suave caresse, votre amour sacerdotal une main charitable qui essuie son sang, votre fidélité le réconfort qu’il attend, le parfait exercice de votre ministère la compagnie demandée, votre pureté, votre humilité, votre petitesse adoucissement pour ses plaies profondes!
Entrez avec Jésus au Gethsémani, qui toujours se perpétue dans le temps. Ce n’est qu’ainsi que vous vous purifiez et vous sanctifiez à la source même de votre sacerdoce. Ce n’est qu’ainsi que vous devenez le sel précieux pour assainir tant d’aliments toxiques. Ce n’est qu’ainsi que vous pouvez être une lumière allumée sur le candélabre, au milieu de l’épaisse nuit d’agonie qui enveloppe l’Eglise et toute l’humanité.
685

56