61

dans le refuge de mon Coeur Immaculé. Je me place moi-même à tes côtés pour t’aider à guérir. Je parcours moi-même tes routes à la recherche de tous mes pauvres enfants égarés, malades, marginaux, blessés, battus, abandonnés et trahis. Je t’accueille aujourd’hui dans mon Coeur, ô Eglise de mon Jésus, qui vis et souffres ici, ô Eglise une, sainte, catholique, apostolique, unie à mon Pape de Rome.
Les temps de ta souffrance sont maintenant comptés. Tu refleuriras bientôt, lorsque mon Coeur Immaculé aura triomphé, et ta lumière resplendira de nouveau avec tant d’intensité qu’elle attirera tous ceux qui vivent dans ce grand continent.
De mon sanctuaire, je vous encourage tous aujourd’hui et je vous bénis au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit».

Denver (Etat du Colorado-U.S.A.), 23 mai 1987
Les blessures profondes

«Je suis votre Maman Immaculée. Je suis la consolatrice des affligés. Que de souffrances tu rencontres, ô fils, sur ton parcours. Tandis que tu reçois de toutes parts une réponse si généreuse à mon appel de la part de mes Prêtres et surtout de la part de tant de fidèles, tu vois partout les blessures profondes et les grandes douleurs, qui sont les signes des temps mauvais que vous vivez.
Ils souffrent, ceux qui refusent Dieu et marchent sur le chemin d’une vie vide et désespérée.
Ils souffrent, les petits qui s’ouvrent à la vie dans un monde devenu un immense désert d’amour.
694
Ils souffrent, les jeunes, à qui sont proposées toutes les expériences du mal et qui sont trahis par une si large diffusion de l’impureté et de la drogue.
Ils souffrent, les adultes, en raison de la division qui a pénétré dans les familles et de la plaie terrible du divorce.
Ils souffrent, les vieillards, qui sont abandonnés à eux-mêmes et qui sont traités comme un poids insupportable.
Les jours du châtiment que vous vivez sont marqués par des souffrances profondes. Ne vous découragez pas. Entrez dans le refuge de mon Coeur Immaculé. Laissez-vous conduire par ma lumière, qui resplendira de plus en plus, parce que mon temps est arrivé. Je suis la rosée sur chacune de vos blessures; je suis la consolation dans chacune de vos douleurs. Je suis votre tendre Maman, qui est à vos côtés pour vous conduire au Seigneur du salut et de la joie».

Seattle (Etat de Washington-U.S.A.), 2 juin 1987

Combien cela fait souffrir son divin Coeur!

«Comme j’accueille avec joie le Cénacle que tu tiens ici aujourd’hui, dans la cathédrale, avec mes fils de prédilection et avec un grand nombre de mes enfants, venus aussi des régions les plus lointaines de cet Etat. J’accueille l’hommage de votre amour et de votre réparation.
Jésus est aujourd’hui encore méprisé, flagellé et blessé dans son Corps mystique. Combien fait souffrir son divin Coeur l’attitude permissive de tant de Prêtres
695

61