74

de mes douleurs et de ma maternelle participation à toute l’immense souffrance de mon fils Jésus. En ce voyage, comblé de grâces extraordinaires, qui de mon Coeur Immaculé descendent dans les âmes de mes fils de prédilection et de tous mes enfants, je t’ai amené aujourd’hui en ce lieu béni par moi, devant la statue qui rappelle le mystère de ma corédemption.
J’ai été sous la croix de Jésus. Je suis sous la croix que porte chacun de mes fils. Je suis sous la croix que portent aujourd’hui l’Eglise et toute cette pauvre humanité pécheresse.
Je suis vraie Mère et vraie Corédemptrice. Des yeux de cette image, j’ai fait jaillir des larmes miraculeuses, plus de cent fois et pendant plusieurs années.
Pourquoi est-ce que je pleure encore?
Je pleure parce que l’humanité n’accueille pas mon invitation maternelle à la conversion et à son retour au Seigneur. Elle continue à courir avec obstination sur le chemlij de la révolte contre Dieu et contre sa loi d’amour. Le Seigneur est ouvertement renié, outragé, blasphémé. Votre céleste Maman est méprisée et ridiculisée publiquement. Mes rappels extraordinaires ne sont pas écoutés; on refuse de croire aux signes que je donne de mon immense douleur.
Votre prochain n’est pas aimé: chaque jour, on attente à sa vie et à ses biens. L’homme devient de plus en plus corrompu, impie, méchant et cruel.
Un châtiment pire que le déluge est sur le point de tomber sur cette pauvre humanité pervertie. Un feu descendra du ciel, et ce sera le signe que la justice de Dieu a maintenant fixé l’heure de sa grande manifestation.
720
Je pleure parce que l’Eglise continue à marcher sur le chemin de la division, de la perte de la vraie foi, de l’apostasie, des erreurs, qui sont de plus en plus propagées, sans que personne ne s’y oppose. A présent se réalise ce que j’ai prédit à Fatima et ce que j’ai révélé ici même dans le troisième message confié à une de mes petites filles. Ainsi, pour l’Eglise aussi, est arrivé le moment de sa grande épreuve, parce que l’homme inique s’établira dans son sein et que l’abomination de la désolation entrera dans le saint temple de Dieu.

Je pleure parce que les âmes de mes enfants, en grand nombre, se perdent et tombent en enfer.

Je pleure parce qu’il y en a trop peu qui accueillent mon invitation à la prière, à la réparation, à la souffrance, à l’offrande.

Je pleure parce que je vous ai parlé et que vous ne m’avez pas écoutée; je vous ai donné des signes miraculeux et vous n’avez pas cru; je me suis manifestée à vous d’une manière forte et continuelle, mais vous ne m’avez pas ouvert les portes de vos coeurs.
Vous du moins, mes bien-aimés, fils consacrés à mon Coeur Immaculé, petit reste que Jésus garde jalousement dans l’enclos sûr de son amour divin, écoutez et accueillez l’invitation angoissée que, de ce lieu, j’adresse aujourd’hui encore à toutes les nations de la terre. Préparez-vous à accueillir le Christ dans la splendeur de sa gloire, parce que le grand jour du Seigneur est maintenant arrivé.»
721

74