9

dans son Corps humain, ainsi vous devenez les nouveaux Jeans, appelés à une profonde intimité de vie avec son Corps glorieux, réellement présent en état de victime et caché sous les apparences du Pain consacré, conservé dans tous les tabernacles de la terre.
Fils bien-aimés, cherchez Jésus pour apaiser votre soif de bonheur; allez à lui pour satisfaire votre grand besoin d’amour; reposez-vous aussi la tête sur son Coeur pour sentir son battement; vivez toujours avec lui, vous qui êtes appelés à être les Jeans de Jésus eucharistique.
- Je vous confie à présent ma maternelle volonté que Jésus eucharistique trouve dans vos églises son trône royal où il est honoré et adoré par les fidèles, OÙ ii est aussi constammeiit entouré d’innombrables cohortes d’Anges, de Saints et d’âmes du Purgatoire. Faites en sorte que le très Saint Sacrement soit aussi entouré de fleurs et de lumières, comme signes expressifs de votre amour et de votre tendre piété. Exposez-le fréqueniment à la vénération des fidèles; multipliez les heures d’adoration publique pour réparer l’indifférence, les outrages, les nombreux ~aeril~ges et la terrible profana tion à laquelle il est en butte durant les messes noires, un culte diabolique et sacrilège, qui se répand de plus en plus et qui atteint son sommet dans des actes innomma bles et obscènes envers la très sainte Eucharistie.
C’est pourquoi le monde est plongé dans la nuit la plus profonde, dans les ténèbres du péché et de l’impureté, de l’égoisme et de la haine, de l’avarice et de l’im piété; et à présent, il semble qu’il n’y ait plus rien qui soit capable de le retenir de la chute dans un abîme sans fond.
Mais la grande heure de la justice et de la divine misé-
754
ricorde a maintenant sonné. A vous, mes Prêtres bien- aimés, qui êtes appelés à être la lumière du monde, il incombe maintenant d’illuminer la terre en ces jours d’épaisses ténèbres.
Aussi je vous demande aujourd’hui de me laisser entrer dans la maison de votre vie sacerdotale, parce qu’est arrivée aussi l’heure du triomphe en vous du Coeur Immaculé de votre céleste Maman».
Voilà ta Mère
Dongo (Como), 1er avril 1988 Vendredi saint
«Fils bien-aimés, accueillez aujourd’hui le don suprême de mon fils Jésus, qui est sur le point de mourir sur la Croix.
Voilà ta Mère. En ce moment, je me trouve sous la Croix, transpercée par un glaive de douleur.
J’ai vu mon Fils gravir la montée du calvaire, écrasé sous le poids de la croix; sa tete blessée par la couronne d’épines; le corps devenu tout entier une seule plaie en raison de la flagellation; le visage défiguré par le sang et la douleur; les yeux voilés de larmes, le coeur oppressé par le poids de l’ingratitude et du manque d’amour.
J’ai entendu les coups qui enfonçaient les clous qui transperçaient les mains et les pieds; le choc puissant de la croix dans la terre, qui l’a fait tressaillir de douleur; les gémissements de son corps crucifié dans les dernières heures de son agonie sanglante. Je suis à présent sous la croix et je suis écrasée sous le poids des blasphèmes et des cris de haine et de méchanceté inhumaine de ceux qui assistent à son exécution.
755

9