164

02/03/2014

Cherchez d'abord le royaume de Dieu et sa justice. Le mot justice dans l'Evangile d'aujourd'hui est le Seigneur Jésus associé avec le Royaume de Dieu. Notre système de soins de la France est d'être associé à une croyance en la justice de Dieu est de faire confiance Dieu qui nourrit et vêtements les plantes et les oiseaux, les animaux et tous les êtres vivants. Plus il se soucie de chacun d'entre nous dont la vie signifie plus que la nourriture et le corps plus que le vêtement, alors combien plus précieux est notre âme humaine. L'étude de Jésus est la révélation de Dieu, notre Père, qui sait tout sur ​​nous, il sait aussi ce que nous devons. Nous n'avons pas besoin d'imiter ceux qui sont dans ce monde, et c'est dans le monde: la convoitise de la chair, la convoitise des yeux et l'orgueil de la vie, qui ne vient pas du Père des lumières, mais de Satan. Nous ne pouvons pas servir Dieu et Mammon, car nul ne peut servir deux maîtres. L'un est notre Seigneur. L'un est notre Dieu. Et il est notre juge. Saint Paul, dans la conscience de la vie, demande aux Corinthiens qu'ils voulaient avoir une bonne compréhension de son comportement. Et ceux qui, comme lui, de chercher le royaume de Dieu et sa justice. Laissez les gens nous considèrent comme des serviteurs du Christ et des intendants des mystères de Dieu. Et qu'ils prient, pour que nous soyons fidèles à notre vocation, selon sa conscience. Le Seigneur est mon juge, il précise caché, il connaît les intentions du cœur. La conscience est les entreprises à le rencontrer, mais la justice ne vient que de Dieu. Lui seul est juste, lui seul est saint. Il nous rappelle toujours que nous sommes poussière, prend pitié de nous et nous soucie personnellement. Ne vous inquiétez pas pour votre vie, qui dit le Seigneur Jésus pour nous. Parce que demain s'occuper de lui-même sera. Entendons-nous maintenant ces paroles du Seigneur Jésus à la lumière de cette justice, que le Seigneur Jésus a révélé sa vie et de l'action.Déjà notre création est l'œuvre d'un très illustre. En ce qui concerne les plantes ou les animaux, notre existence est associée à la conscience de soi, ou la reconnaissance spirituelle de notre dignité et de la valeur que nous avons: les oiseaux du ciel. Ils ne sèment ni ne moissonnent, ni n'amassent dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. N'êtes-vous pas plus de valeur qu'eux? Cette question nous Jésus met ouvertement et honnêtement. Nos vies ne peuvent pas compter uniquement sur ​​nous. Parce que nous décidons ce que nous sommes nés que nous avons fait leur marque. Et notre vie ne dépend pas de nous d'une manière telle que nous puissions décider de la longueur de nos jours et les années sur cette terre. Nous savons que pas un seul instant nous ne pouvons pas faire notre vie lorsque l'heure de notre mort. Et cette fois, peut se produire à tout moment, que seul Dieu connaît notre avance, pour nous, il est couvert. Notre problème est que nous sommes de peu de foi. Oui, nous avons tous trop peu de confiance en la divine Providence. Ce mot Providence est dans notre monde, de plus en plus inconnu et non reconnu. Les gens vivent de plus en plus comme si Dieu n'existait pas. Même ceux qui se disent croyants. Si la foi ne nous connecte pas avec le Père, par le Fils, dans l'Esprit Saint, le Royaume de Dieu et sa justice en nous, ou nous ne sommes pas en eux. D'autres choses peuvent être ajoutées uniquement pour nous, si nous nous soucions de la relation avec Dieu, par la foi, l'espérance et l'amour. La confiance dans la Divine Providence nous avons le plus besoin et utile. Si ce n'est pas tout ce que nous ne serons jamais vraiment profiter et d'une manière digne de l'homme. Frères et sœurs, ces quelques mots nous sensibiliser à cette dimension essentielle de notre existence de Dieu, en Dieu et avec Dieu seul, notre Seigneur et Sauveur.


164