17

13 février 2011


Lettre du Père Recteur Mission catholique polonaise en France à l'occasion du 175, sa création. (Extraits)


"DziêkujciePanu, car il est bon, car

Sa miséricorde dure à toujours »(Psaume 118)


Ces paroles du Psalmiste cachent tout le mystère et le sens de nos célébrations du jubilé.

Nous tenons à remercier le Seigneur pour 175 ans d'existence de la Mission catholique polonaise en France.

Chaque anniversaire évoque des souvenirs de l'homme naturel, qui révèlent non seulement le passage inéluctable du temps, mais aussi l'ampleur de la richesse qui a été vécue par un individu ou un groupe particulier de personnes.

175 Jubilee anniversaire de la PMK rend d'abord demander au sujet de son rôle dans la dimension religieuse.

"Le mot" jubilé "- écrit le Serviteur de Dieu Jean-Paul II," Tertio Milenio adveniente "parle de la joie. Ce n'est pas seulement une joie purement interne, qui se manifeste dans l'homme intérieur, mais aussi l'événement externe "est si heureux à l'intérieur et à l'extérieur.

Joie intérieure Jubilé, bien qu'invisible à l'œil nu, est exprimé dans l'expérience de ce que nous appelons la spiritualité humaine.

Depuis 175 ans, la nouvelle génération a pris les sacrements, la prière, la participation aux mystères les plus profonds de la vie de Dieu. Il fut un temps saturé sauver présence de Dieu et de son action salvifique, que nous découvrons à travers ces 175 ans. Aujourd'hui, nous pouvons dire avec saint Paul. Paul qui a échoué à répondre à la foi et à gauche une vie et de l'amour religieux belle et vaste de la terre de leurs pères.

Tout cela se tient devant nous à l'heure du Jubilé non seulement l'histoire, mais surtout comme un grand don de Dieu pour qui nous le faisons aujourd'hui, grâce à l'Eternel, votre histoire et vos consciences.

Il est l'ampleur des dons reçus de Dieu nous dit de regarder en arrière afin de stimuler l'appréciation pour eux.

La reconnaissance est la mémoire est en fait le cœur, ce qui ne nous permet pas d'oublier ce que Dieu a fait à travers peuple pour son peuple.

Vivre une telle belle anniversaire, nos pensées dirigé vers le début de la PMR en France. Pour ce groupe de personnes "apôtres laïcs" avec Bob Jañski à la barre, qui s'inquiète du bien-être spirituel de leurs compatriotes fondé Mission polonaise.Rappelons maintenant au moins leurs noms. Pour: Adam Mickiewicz, Juliusz Bogdan slovaque Jañski, Frédéric Chopin, Cyprian Norwid.

Autour d'eux se sont réunis Polonais - immigrants. Trois d'entre eux, Peter Semenenko, Jérôme Kajsiewicz et Alexander Jelowicki aller à Rome pour poursuivre leurs études en théologie, ont été ordonnés à la prêtrise et revient à Paris pour prendre soin d'immigrants polonais.

Ce sont des gens avec un grand coeur, une foi profonde, un grand amour pour les gens et pour le pays. Personnes généreuses qui ont construit les autorités polonaises. Ils vivent. Ils vivent dans la maison du Père céleste, mais aussi vécu dans les travaux, qui a laissé, dans les mots qui ont été donnés, dans ses poèmes et de livres, qui sont écrits, et la musique qu'il a créé. Aujourd'hui, nous nous souvenons avec gratitude et remercier Dieu pour eux!

Au cours de ce Jubilé se rappeler avec beaucoup de gratitude tout en majuscules ³ n jaune, qui depuis de nombreuses générations de Polonais sacrifié leurs capacités, leurs vies n'auraient pas perdu compatriotes de foi. appris de la maison familiale.

Au cours de ces 175 années, il était accompagné de ses prêtres fidèles, non seulement dans leur vie difficile en exil, mais aussi sur le chemin de la maison Père céleste. Leur nombre est longue et riche, et leur zèle pastoral, bien connu. Beaucoup d'entre eux ont donné leur vie dans les camps de concentration. Aujourd'hui, nous nous souvenons avec gratitude et Priez pour nous, les vivants, nous n'aurions pas perdu ces valeurs qu'ils nous ont transmises.

Dans cette gratitude Jubilee se dresse devant nous, le Père. Alexander Jelowicki - le premier recteur de la PMR - un grand homme et un prêtre. Déplacer à la mémoire de notre anniversaire de mariage recteurs successifs avec le courant Recteur Fr.Stanislaw hérisson, qui a fêté ses 25 Janvier - anniversaire de son ministère recteur.

Aujourd'hui, nous nous souvenons des légions de prêtres fidèles.

Belle évaluation du travail des prêtres polonais a déclaré Serviteur de Dieu Jean-Paul II lors de son pèlerinage en France.Voici ses paroles:

"Je pense avec reconnaissance aux prêtres polonais qui, dans les bons et mauvais moments avec beaucoup de dévouement et d'engagement à servir, et à l'étranger. Le fait que l'émigration polonaise n'a pas perdu la foi, c'est leur mérite, celui qu'ils ont largement contribué, malgré les nombreuses difficultés et obstacles pour préserver l'identité, la langue et la relation avec la mère, inspiré et à la recherche d'un soutien dans la famille, le chrétien, la culture catholique Polonais ".

Aujourd'hui, nous rendons grâce à Dieu pour la cuisse, que Dieu a envoyé dans nos vies. Ils sont impliqués dans la vie des chœurs Polonium fondées, des bandes, des fraternités Rosaire Vivant, les clubs sportifs, scouts, des organisations paroissiales de communautés eucharistiques, les organisations catholiques.

Merci à leur engagement formé l'Association des hommes, des femmes, des jeunes, des enfants.

Ils ont, avec les prêtres organisés écoles polonaises, semblait magazine.

Ils ont, avec leurs prêtres organisés pèlerins polonais:

à Lourdes, Osny, Lisieux, Loretto, DADIZELE, Bon Secours, Paray Le Monial, Thierenbach, Notre Dame de Sion, Notre Dame de Languet et d'autres sanctuaires.

Il s'agit après tout de leur sacrifice, ils ont aidé les prêtres, construire des églises ou chapelles, salles paroissiales, la vie culturelle organisé des Polonais a pris soin de préserver la tradition et soutenue amour pour leur pays natal.

Mais aujourd'hui, il ne manque pas de ces gens pour la PCM est quelque chose d'important, indispensable, nécessaire. En raison de leur sensibilité, leur mission de générosité peut continuer à exister, fonctionner et se développer. Après tout, aujourd'hui, il ya ceux dont la vie est un signe de leur fidélité à Dieu, o ~ ~ rno¿na le disent "œwat³óœci¹ le monde."

Mon cher! Quelle diversité des activités et quel bel exemple de l'engagement à la vie religieuse, sociale et patriotique

Compatriotes.

Quand vous lisez les mémoires et les publications de nos compatriotes se réveille dans le cœur d'admiration et une grande satisfaction pour les dirigeants de la vie religieuse et la communauté polonaise.

Il en est ainsi pour chaque jour remerciant Dieu Très-Haut sur ​​la Mission Jubilee.

Demeurant dans cette action de grâces, nous remercions Dieu pour le précieux, pieux lit des parents po

Ils ont pris en charge l'éducation religieuse de leurs enfants et de leur éducation. C'est les mères et les pères ont été les premiers catéchistes enseignent aux enfants leurs prières polonais, langue polonais, histoire polonaise, la tradition polonaise.

Avec les enfants agenouillés en prière, ont assisté à la messe le dimanche., A enseigné la crainte de Dieu, la coutume catholique et l'amour du pays.

Cette famille était un véritable «Eglise domestique». Dans une telle atmosphère religieuse et patriotique façonné par des animateurs futurs religieux et patriotique.

Je suis impressionné par l'expression d'un des participants de 170 anniversaire de la Mission. Voici quelques bribes de souvenirs:

«Je suis un Polonais, né weFrancji. Je suis le fils d'un mineur et je sais que le travail acharné de mon père. Mes parents sont venus en France en quête de pain. L'histoire de mes parents savent combien il était difficile de leur vie. Le seul trésor a été porté croix, l'image de Notre-Dame de Czestochowa, le livre de prières et chapelet. Les parents ne savaient pas le français. Ils n'avaient pas de maison. Le seul endroit où travailler était le mien. Quand j'ai trouvé le mien appartement, à la recherche d'Eglise polonaise et le prêtre polonais. Et c'était l'endroit le plus coûteux pour eux qui les réunit non seulement sur ​​la messe dominicale, mais leur a rappelé d'un morceau de patrie abandonnée pour laquelle il aspirait.

Aujourd'hui, après de nombreuses années, je suis reconnaissant à mes parents qui m'ont appris à croire en Dieu, et tous les dimanches à la messe nous pris et ne jamais oublier qu'ils sont Polonais.

Aujourd'hui, après tant d'années, je les remercie de m'avoir appris l'amour de la patrie qu'ils m'ont dit en polonais et me tendit sa tradition d'enseignement de chansons polonaises et les habitudes nationales et m'a inculqué que j'étais fier du fait que je suis un Polonais. Cet amour pour la Patrie m'a conduit au scoutisme, puis à la Résistance. Cet amour pour la patrie signifie qu'en temps de guerre tourné dans la sensibilisation active pour les Polonais.

Je les en remercie, car ils m'ont donné l'amour de l'Église et les prêtres J'espère que mes parents étaient là dans le ciel, heureux que leur effort n'a pas été vain. "! Victor Borgus de Béthune /.

Les temps ont changé. Résoudre certains groupes de théâtre, sports, musique, cessé leurs activités, certaines chorales paroissiales mais a survécu wiaraw Dieu, je LOV à l'Église et la patrie iszacunek au prêtre. D'autres communautés paroissiales, qui continuent à être le centre de la vie religieuse et les Polonais sont des prêtres généreux et zélé - les compagnons de votre joie, les luttes et les souffrances. Ils sont toujours là pour vous et avec eux un groupe de sœurs de différentes communautés religieuses: les sœurs généreux, travailleur, Dieu fit tomber sur.

Augmentation communauté Pologne - émigration polonaise. Au cours des dernières années, de nombreux centres de la vie paroissiale, viennent chaque année, de plus en plus les prêtres d'abnégation. Prendre soin de notre matériel et spirituel compatriotes, de nouveaux centres de Polonia: Polonais maison pèlerinage à Lourdes, La Ferté sous Jouarre, maison de vacances à Dinard, Saint-maison. Jack en Corse, et a récemment ouvert un nouveau centre de culte de la Miséricorde Divine à La Ferté lnmbault où vous pourrez vous détendre, célébrer retraites ou des journées de récollection. Réfléchissez un instant de votre vie et l'expérience de la miséricorde du Seigneur et de retourner dans leurs foyers dans la croyance que Dieu nous aime.


17