250


Ma Vocation - je suis un homme-3


"Mes pensées ne sont pas vos pensées et mes chemin ne sont pas vos chemins"-dit le Seigneur Dieu. Je remercie ce Seigneur Dieu de me faire naïtre et vivre pendant mes 18 premières années à la campagne! Philosopher c'est bien mais à condition qu'on ne s'éloigne pas de la réalité des choses de la nature en nous et autour de nous. La vie à la campagne s'y prête mieux que la vie dans la ville. Quand les gens se sont massivement déplacés vers les villes on a constaté l'éloignement de beaucoup de la foi en Dieu et de la vie spirituelle et religieuse en général. Ces phénomènes sont connues mais souvent expliqués d'une manière perverse par les demi-vérités que j'ai dénoncé auparavent. Les sociologues et les journalistes ne se rendent pas peut-être compte à quel Seigneur ils veulent servire: Vous ne pouvez pas servir deux Maïtre-dit Jésus dans l'Evangile et Il explique pourquoi! On fait des choix qu'on veuille ou non et on est au service des ces deux Trinités dont j'ai évoqué l'existence dans le chapitre précedant ou on est au service du Lucifer. Il est très intelligent et pervers pour qu'on ne se rende pas comte de cela; c'est pourquoi j'ai écrit: peut-être ils ne se rendent pas comte. On peut le faire volontairement et même signer des "cyrographe"!!! La vie à la camoagne nous renvoit à la réalité beaucoup moins virtuelle que la vie dans la ville. Les choses fabriquées par la main de l'homme peuvent faire oublier les créations de Dieu. La vie des animaux et des arbres et des plantes et des légumes et des petites bêtes qui nous piquent et des oiseaux qui volent etc.. Déjà enfant on est émérveillé de tant de réalitées et puis le tonnerre et le vent et la pluie et la rivière et les poissons...Chez nous il y avait tout cela et il n'y avait pas d'éléctricité jusqu'à mes 18 ans comme je l'ai déjà signalé. Pas de télé non plus; seulement un jour la radio qui marchait avec les batteries. Manaquait-on des nouvelles? Pas du tout! Les gens quand ils se rencontraient racontaient beaucoup moins de n'importe quoi! Dans la ville c'est la tendance à la pensée unique qui prévaut. Quelqu'un dit,écrit, où fait quelque chose et tout le monde en parle du matin jusqu'au soir jusqu'à nouvelle donne. Les manipulation de l'opinion publique se font sans qu'on mette en doute quoi que ce soit dans la parole officielle ou officieuse. Ce qui compte c'est que cela marche et que cela se vende bien. Les indicateurs d'audience font jouer les uns contre les autres et on s'amuse du jeu de cache-cache des demi-vérité pourvu qu'on persuade tout le monde qu'il n'y a pas et il n'y en aura pas ni dans le temps ni dans l'espace LA VERITE UNIQUE. La nature humaine est pourtant bien équipé pour se défendre devant cette imposture générale. La nature de Dieu et la nature de l'homme ne sont pas sur le même ordre d'existence. Je suis qui suis et tu es qui n'es pas - disait dans ses entretiens mystiques Dieu le Père à la sainte Catherine de Sienne,la Patronne d'Europe avec les cinq autres: Saint Benoît, Saint Cyrille, Saint Méthode, Sainte Brigitte et Sainte Edith Stein. La nature du Créateur est au-dela de tout ce l'homme est capable de penser et pourtant elle est avant tout toute naturelle. Le surnaturel est créé pour les anges et pour les hommes pour qu'ils puissent entrer avec Lui en Alliance et en Communion. Lucifer et ses adeptes parmi les anges rebelles et les hommes pervers n'ont pas accès au monde surnaturel qu'on appelle: Grâce ou Ciel; ou comme dans l'Evangile: le Royaume de Dieu, le Royaume des Cieux...Je partage pour l'instant mes découvertes et mon expérience que du monde naturel de l'homme que je suis; il viendra le moment de partager "la partie chrétienne de mon identité". Les valeurs: la vérité, la beauté et le bien dans le monde naturel ont leur répondants dans le monde surnaturel: la foi, l'espérance et la charité. Dans le monde naturel il y a des valeurs aussi très importantes: on les appelle les vertus. La force, la justice, la prudence et la temperance ou la modération. Notre charactère vit de ces valeurs ou se désagrège. Nous n'avons pas l'instint naturel de rester sur la bonne voie comme les animaux. Nous avons le libre-arbitre pour aller dans la bonne direction de la perfection. L'homme est renvoyé à sa responsabilité d'être l'être intelligent. Mais la nature de l'homme est bléssée! Elle a besoin de la grâce naturelle et de la grâce surnaturelle dans tous les domaines de son existence. Restons ici encore aue sur les vies et sur les grâces naturelles les une et les autres. La grâce ne s'oppose jamais à la nature; au contraire, elle construit sur les vertu naturelles ses merveilles.


250