260

Ma Vocation - je suis un prêtre


Vers la fin du Séminaire de la Société du Christ chaque Séminariste est tenu de faire une recherche dans le domaine qui l'intéresse et sous la direction du Professeur du domaine. Pour moi le choix portait sur la Liturgie et le Proffesseur de Litugique le père Bogusław Nadolski a accepté de me diriger et puis à l'Université de Lublin dans ce même domaine c'était le Professeur l'Abbé Wojciech Danielski qui a accepté d'être le Promoteur de ma Mémoie sur "La créativité dans la Liturgie". Je m'interessais à la Liturgie Catholique pour des raisons évidentes. En tant que prêtre catholique j'aurai à célébrer régulièrement le Grand Mystère Eucharistique, le Saint Sacrifice de la Messe. Personnellement je n'étais pas initié à le célébrer en langue latine. Les changement post-conciliaires ont fait que l'Office du Temps Présent (Bréviaire) ainsi que la Liturgie Eucharistique et Sacramentaire sont depuis ce temps-là (1972) célébrés en langues vérnaculaires: en polonais pour les Polonais, en français pour les Français etc. On avait déjà à l'époque entendu parler des problèmes des oppositions à cette nouvelle donne; l'archevêque Marcel Lefêbvre a commencé à être connu aussi en Pologne. Je lisais des qrticle en langue française qui parlaient de la créativité dans la liturgie et j'ai composé un Mémoire à ce sujet. De la perspective du temps passé je reconnais que le sujet était problèmatique et il l'est toujours quand on se rende compte des abberrations que subissait surtout la Sainte Messe par des initiatives que prenaient certains prêtres en considérant que les fidèles ont droit à tout comprendre de ce qui se passe à la Messe. Cela n'est pas si simple comme s'imaginais certain apprenti sorciers pourrais-t-on dire. En venant en France pour servir l'Eglise de ce Pays je me randais assez vite compte que les gens ne comprennent toujours pas ce que c'est que ce grand Mystère et encore moins quand ils ont pu vivre des changement et des improvisations arbitraires et exprience menés sans aucun contrôle. Cela dit, je ne pense pas que les traditionalistes de Monseigneur Lefêbvre ont raison de refuser le Nouveau Rite de la Messe. Mais on peut cołprendre leur craintes. Sans pour autant rejeter non plus le Rite Ancien:le motu proprio de Benoît XVI est une bonne soution d'après ce que je pense. Cela me permet de continuer ici le sujet du chapitre 4 du "je suis un chrétiens" en forme nouvelle depuis que le 31 mais 1978 je suis devenu prêtre par l'Ordination Présbytérale qui m'est venu par le service de l'Evêque Auxiliaire du Diocèse de Poznań Monseigneur Marian Przykucki à la demande du Recteur de notre Séminaire le père Edward Szymanek. Un an avant j'étais ordonné diacre de l'Eglise Catholique et après une année supplémentaire, me voice un prêtre! Le parcours de la Probation, du Noviciat, du Séminaire avec ses études philosophiques et théologiques et une Licence à l'Université de Lublin, m'autorisait à demander à être ordonné prêtre. Mais à vrai dire ce n'est pas comme cela qu'il faut regarder les Sacrements comme je l'ai déjà essayé de le faire en revenant sur le Mystère de Pâques du Christ et de ses Dons et Signes de trois genres: Annonciateurs, Révélateurs et Réalisateurs. On n'a jamais aucun droit à demander cela. Il faut seulement avoir une Vocation pour cela de la par du Seigneur. Nous étions environ trente hommes à commencer la Probation et le Noviciat et pourtant nous n'étions que onze à recevoir l'Ordination Sacerdotale après sept années de préparation. Un jour au Séminaire, je me rappelle, un Séminariste avec qui j'ai partagé la chambre était en train d'écouter la musique quand la sonnette nous appelait à une célébration du soir. Sa réflexion m'a boulversé: Oh ces sonnettes! On nous demandes tout les temps d'aller prier on en a marre! Il n'est pas resté longtemps après au Séminaire; il est partie faire autre chose. Par contre, le frère de ma belle soeur de Kłaj près de Cracovie a fait toute les études nécessaires au Séminaire de Tarnów et n'a pas été ordonné prêtre même s'il le voulait tellement et il est resté célibataire jusqu'aujourd'hui. Je suis désolé pour lui, Mirosław Kasprzyk, et surement d'autres encore qui n'ont pas pu être ordonné. C'est le Seigneur qui décide de cela ou son Eglise en communion avec Lui. C'est un grand mystère que le Sacerdoce. Je sais maintenant de quoi je parle après des années de le vivre; mais tant qu'on est pas prêtre on en sait presque rien! C'est pareille pour être mère ou père; cela se ressemble; encore que ici la Décision est plutôt cent pour cent celle du Christ! Notre réponse consiste à se laisser faire et à Le suivre. Je veux le faire jusqu'au dernier souffle et je Lui demande cette grâce de pouvoir le faire! Je suis toujours boulversé qu'Il m'es choisi pour être son disciple sans aucun mérite de ma part; dans sa grande miséricorde.Misericordias Domini in aeternum cantabo.


260