263



Envoyé en mission - le Sacerdoce


J'ai évoqué dans le chapitre précédent la parole du Christ à son propos: Le Fils de l'homme n'est pas venu pour être servi mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude. J'ai écrit que la deuxième partie de la phrase concernait son Sacerdoce. Nous les prêtres avons part à son Sacerdoce Unique par la grâce de Dieu. Quel Mystère! On ne le connaît pas que si on y est! Je me faisais des images et des suppositions dans ma petite tête de l'homme, de chrétien, de religieux et enfin de diacre mais tout cela n'étais que rien devant la réalité. Encore une fois c'est une réalité de la Grâce. Il y a en nous plus d'empêchements que des convergences et il faut qu'une grâce précède l'autre grâce pour que tout soit mise en une bonne place! Les premiers mois de la mission pastorale verifient assez vite où en est-on avec tout cela. La nature humaine, je l'ai déjà dit préfère d'être servi ou de se servir que d'être au service. Et pourtant : être prêtre c'est servir le Sacerdoce du Christ et non pas de s'en servir même pour les bonnes causes. J'avais dans ma première Paroisse quatre village à servir donc chaque dimanche quatre Messes à célébrer et dans deux village faire le catéchisme du matin jusqu'au soir. C'était à Suchań près de Stargard, comme vicaire du Curé, le père Tadeusz JóŸwiak, un an et puis, le nouveau Curé, le père Józef Kosobucki, pour le deuxième année. Mon prédecesseur à ce poste de vicaire, le père Zenon Broniarczyk, allait se préparer à partir pour Australie. Comme j'étais heureux et enthusiaste d'accomplir ce service, cette mission, et remplire ma vie de la joie de servir et d'être utile. "Donner sa vie en rançon"- alors c'est cela d'être prêtre selon le coeur du Christ. Les enfants, les jeunes, les hommes et les femmes, les malades et les personnes âgées. Je remercie le père Tadeusz de me faire confiance et de me guider sur les premiers pas de la pastorale paroissiale! Deux ans bien vécu et bien remplis de toute sorte de grâces reçues et de services rendus. J'apprenais comme un Novice comment permettre à la grâce d'âgir à partir du monde surnaturel jusqu'à ce monde naturel si bléssé de partout et ayant besoin de la divine miséricorde. Et puis viens ce jour mémorable et inoubliable en cette année 1978. Oui, l'éléction du Cardinal Karol Wojtyła comme Pape Jean-Paul II. Cinq mois à peine d'être prêtre et d'en avoir pour 27 an et demi sous son Pontificat. Je suis heureux de naître et de vivre dans cette période de l'histoire de l'Eglise et de l'humanité où mon Compatriote accomplissait sa si noble mission. Et encore de vivre en homme que je suis et Polonais, mais cela ne suffisait pas à la Divine Providence! Non, Dieu a voulu que je sois avec lui le diacre, le prêtre et le religieux. Le comble de bonheur et de grâces! Seigneur que c'est merveilleux. Déjà quand cela est arrivé, je reviens à ce soir du 16 octobre 1978, mais depuis et jusqu'à tout récemment, le 27 avril 2014 sa canonisation à Rome. Je n'en reviens pas! Mais je dois revenir pour partager les découvertes de la vie du jeune prêtre que j'étais dans ma Première Paroisse. J'ai vécu un choc! Dans le village Słodkówko il n'y avait qu'un tiers des habitants qui venaient dimanche à la Sainte Messe. Impensable en comparaison de ma Paroisse d'origine. Et puis en allant célébrer la Messe de Pâques dans un autre village Słodkowo j'ai vu le hommes sortir leur chevaux et charriot pour aller travailler dans les champs! Ce n'était pas mieux dans d'autres villages et j'ai eu pitié d'eux. Le Seigneur me préparait ainsi à ma future mission en France, mais je ne savais pas encorr cela. Après les premiers mois d'enthusiasme il est venu une certaine lassitude. Je pensais que ce petit tiers de pratiquants va se changer bientôt en moitié et puis dans deux ans il n'y aura qu'un tiers de non pratiquants, rebelles et récalcitrants. Encore une fois, je reconnais, je me laissais piéger par "mon moi" et "la grâce de Dieu" n'y était pas! Une jolie fille alors c'est approché de moi pour me donner un coup de mains et j'en avais besoin mais...elle n'est pour rien...c'est ce quelqu'un...qui attire et qui pousse...n'importe pour lui..le démon..il veut réussir...belle Olga! un jour je lui ai dis. prenons tous les deux le chapelet et récitons-le à haute voix, sinon rien ne va plus j'en suis à bout de force, j'en appelle à la grâce de Dieu, sinon je m'en vais d'ici, je dois de m'enfuir! Je comprends mieux maintenant et depuis ce moment-là la place et le rôle de la Sainte Vierge Marie! Elle m'avait tendu la main et Elle m'a fait sortir du danger et le démon serait content d'avoir réussi. Merci Seigneur! Merci, Marie! Et Merci la Vie! Être amoureux d'une jolie fille il n'y a pas de choses plus faciles. Puisque je sais où j'en étais je témoigne de la vérité. Certains de mes collègues et confrères ont quitté le Sacerdoce et moi je tien bon jusqu'à présent; mais qui suis-je pour les juger? Je prie de temps en temps pour eux. Mieux ont fait ceux qui sont parti avant du Séminaire, c'était encore le temps...Mais après?...Mais maintnant? Non! Je vous salue Marie pleine de grâce! Obtiens-moi cette grâce d'accomplir ma mission jusqu'au bout et de rester ce que je suis: un homme, un religieux, un diacre et un prêtre du Seigneur!

263