278

La plus longue Messe concélébrée dans ma vie


Avant d'aller à Roubaix et quitter Dunkerque où le père Czesław Margas a pris le relais, et je lui est laissé aussi ma voiture Fiat Tipo en héritage, je me suis rendu en Pologne pour participer - entre autres - aux Journées Mondiales de la Jeunesse en mi-août 1991. C'était juste deux ans après célèbre chute du mur de Berlin et après mes premères éléctions demi-démocrtique en Pologne; de partout les jeunes venaient à cette Rencontre chrétienne internationnale initiée six ans auparavant par le Pape Jean-Paul II dans le cadre de la nouvelle évangélisation. Bequcoup de jeunes pour la première fois avaient pu venir à la Claire Montagne de Częstochowa le sanctuaire nationnal marial où se trouve une Icône de la Sainte Vierge Marie gardé au sein du Monastère des Pères Paulins depuis 1382. Jean-Paul II revenait cette même année 1991 pour la deuxième fois ayant visité au mois de mai/juin d'autres villes de la Pologne entre autre Skoczów où il a canonisé Jean Sarkander, le martyre la vvictime des querelles entre les catholiques et les hussites chèques. Je me suis rendu à Częstochowa et le tôt matin j'ai quitté notre maison quelques trois kilomètres éloignée de la Jasna Góra et j'ai pris place habillé en aube pour la concélébrationd de la Sainte Messe avec le Pape. Et bien c'était en tout tellement long et il fallait rester début que ni avant ni après je n'ai jamais été aussi fatigué dans ma vie que ce jour-là. Fatigué mais évidemment très heureux de prendre part à un si grand événement historique. Chaque fois que je reviens à ce Sanctuaire ce souvenir me revient et je remercie Dieu de me donner à vivre dans toute cette époque de passage de l'un millénaire à l'autre et d'un siècle aussi à l'autre; cela n'arrive pas siuvent et pas tout le monde qui peut vivre ces moments inoubliable comme cela m'était arrivé. Je profite de ce souvenir pour partager le bien commun de nous les Polonais qui consiste à avoir la Mère du Christ comme notre Reine. Comment cela s'était fait? J'ai déjà écrit que le roi Jan-Kazimierz s'est décidé à confier son royaume des tois nations: Pologne,Lituanie et Rus, et il l'a fait à la Cathedrale de Lwów le 1 avril 1456, de confier donc ses peuples devant le danger mortel national devant l'agression suédoise à la protection de Notre Dame de Częstochowa avec les représentants de l'Episcopat catholique de Pologne en lui donnant le titre de la Reine et en se faisant lui-même son serviter et son sujet. Mais au commencement de cette démarche officielle et nationale il y a des choses importante à rapporter. Les voici, historiqemet vérifiée et sur. Quarante huit ans avant cette année en 1608 de l'Italie à Cracivie est venu en pélérinage un Jésuite nommé Marcinnelli en racontant ce que lui est arrivé. Il connaissait personnellełent 2tqnt son conseiller spirituelle un Jeune Jésuite Polonais Stanislas Kostka qui pendant son Noviciat la veille de la Fête de l'Assomption à été rappelé de ce monde à l'âge de 18 ans et vivait héroîquement sa vie de Jeune Chrétien. Il a été assez vite canonisé et est le Patron proclamé par le Saint-Siège de la jenesse catholique. Ce père Marcinnelli l'homme d'une grande spiritualité et d'une vie mystique intense a un jour de la veille de l'Assomption de la Sainte Vierge Marie une vision et entend la Sainte Vierge lui dire: Pourquoi tu ne m'appelle pas Reine de Pologne; je le suis. Qu'un étranger vienne dire à Cracovie au representant de l'Eglise et de la Gouvernance Royale que la Sainte vierge se dit elle-même Reine de Pologne dans la Ville Royale c'est quelque chose. Ce père Jésuite Marcinnelli, parole des Jésuites, n'a pas menti. Alors son insistence à ce sujet a porté fruit et les porte sans cesse jusqu'aujourd'hui! En 1946 en rentrant de l'exile à travers Rome en Italie et Vatican lui demande d'aller en France à Lourdes et puis à Hautecombe, le Crdinal le Primat de Pologne, l'Archevêque de Poznan et Gniezno, convoque l'Episcopat polonais et le Peuple à Częstochowa pour renouveler ces Voeux de loyauté à la reine de Pologne. En 1956 quatre cent ans après cet Acte Royal, libéré de son internement par le gouvernement comuniste polonais le CardinStefan Wyszyński fait encore une fois la même allégence avec plus qu'un million personnes présentes sur plce et cela est répercuté dans toutes les Paroisses du Pays. On comprend pourquoi Jean-Paul II qvqit dit après son éléction pontificale: Il n' y aurais pas du Pape polonais sur le siège de Saint Pierre s'il n'y avait pas de ce Primat de Pologne ui a tout misé sur la Sainte Vierge Marie Reine de Pologne!

278