300


Voici ce que j'ai découvert sur la Parole de Dieu et la Miséricorde Divine!

Par le service de Jean Batiste. Tel sera le premier chapitre de notre recherche. Qui est-il ? Comment Dieu l’a-t-elle préparée à sa mission ? Quel service a-t-il rendu à Jésus de Nazareth ? Son martyre est-il une annonce de la Passion du Messie ?


Jésus-Christ a accompli toute Justice. Tel sera le chapitre central de notre étude. Le Fils de Dieu dans l’Ancien Testament. Les promesses messianiques données par l’intermédiaire des anges et des prophètes. L’incarnation du Rédempteur et son oeuvre de la Rédemption. Il est venu par l’eau, par le sang et par l’Esprit. Le Baptême et le Mystère Pascal de Jésus-Christ. La foi qui est une victoire sur le monde.


Jésus, j’ai confiance en Toi ! Tel sera le troisième et dernier chapitre de notre présentation. Le message du Christ donné au monde dans la vie mystique de la sainte Faustine. Comment peut-on décrypter l’icône du Christ avec des rayons qui sortent de son coeur ? La nouvelle évangélisation est en marche. Soyons les artisans de la paix.


Chapitre I.


Le prophète Malachie dans la Bible se retrouve comme dernier dans l’Ancien Testament. Dans son Livre est annoncé la venue du Messie et de son Prédécesseur. Ce Livre est porteur de la grande nouvelle du sacrifice nouveau, par lequel Dieu recevra la gloire qui convient à son Nom. ‘Il est indéniable que Jean Baptiste a fait partie des grands et qu’il était tout à fait proche du Christ, car le Seigneur dit de lui : “ Parmi les fils de la femme il ne s’est levé personne de plus grand ”Mt 11,11.oeuvre cité p.37


Le plus grand parmi les hommes nés de la femme, Jean Baptiste aura un service à rendre au Messie promis dans tout l’Ancien Testament : ce sera de le baptiser dans les eaux du Jourdain quand tous les deux dans l’âge humain ils passeront trente ans. St Luc Evangéliste s’est appliqué dans la première partie de son premier Livre d’en rendre compte le plus précisément possible. Pour le Christ Jésus aussi bien que pour Jean Baptiste les récits de l’annonciation et de la naissance de l’Un et de l’Autre sont présentés d’une façon narrative évidente. Jean Baptiste est de la descendance sacerdotale du grand prêtre Aaron, le frère de Moïse. Aussi bien du côté de son père Zacharie que de sa mère Elisabeth. Ainsi son service à préparer les chemins au Sauveur du monde trouve son enracinement dans tout le culte liturgique rendu à Dieu tout au long de l’histoire du Peuple d’Israël que Dieu a fait sortir de l’esclavage et de misère dans le pays d’Egypte. La première Alliance de Dieu avec son Peuple près de la montagne de Sinaï et le don de la Loi auront leurs applications dans le culte exercé d’abord dans la Tente de la Rencontre pendant la traversée du désert et puis dans les lieux choisis par Dieu pour cela, avant que ce soit dans le Temple de Jérusalem l’office sacerdotal soit organisé selon ce que Dieu a ordonné au Peuple d’Israël dans le Lévitique.


L’annonciation est faite par l’ange Gabriel à Zacharie dans ce Temple de Jérusalem six mois avant celle que le même ange portera à Marie, la Sainte Vierge à Nazareth en Galilée. Dans son message Dieu fait dire au grand prêtre en exercice que sa prière a été exaucée ; sa femme stérile par elle-même et dans sa vieillesse lui donnera un fils : il doit le nommer Jean puisque ‘Dieu fait grâce’. L’ange décrit d’avance sa mission d’appeler à la conversion les fils d’Israël et la préparation pour le Seigneur d’un Peuple parfait ; l’esprit et la puissance du prophète sont évoquées aussi pour qu’on puisse voir tout ce que l’Ancien Testament a préparé par les grands prophètes pour que la réconciliation entre Dieu et l’Humanité puisse se réaliser à travers l’Alliance Nouvelle et Eternelle en Jésus Christ. Le Seigneur Jésus l’explique dans cette phrase : ‘La Loi et les Prophètes ont travaillé jusqu’ù Jean ; depuis lui le Royaume de Dieu souffre violence et ce sont des violents qui y entrent’.verifier Ev. Il est aussi annoncé que Jean Baptiste sera rempli de l’Esprit Saint déjù dès le sein maternel.


A sa naissance son père Zacharie lui-même prophétisera sur l’enfant des choses qui s’accompliront aux bords du Jourdain trente ans plus tard : Tu feras connaître au Peuple le Salut qui s’accomplira par une rémission de ses péchés grâce à la miséricorde de notre Dieu. Cette miséricorde divine prophétisée ici par Zacharie nous la retrouvons dans le message du Christ donné au monde et à l’Eglise dans la vie mystique de la sainte Faustine. ‘Le Soleil levé dans le haut qui nous visite pour éclairer ceux qui vivent dans l’ombre et dans les ténèbres de la mort pour les orienter vers le chemin de la Paix’, c’est Jésus Christ dont Jean Baptiste fera connaître la présence et l’oeuvre : ‘Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde’.


Les grands prêtres de l’Ancienne Alliance avaient une mission d’enlever les péchés du Peuple d’Israël par des sacrifices d’animaux offerts, dont le sang devait être versé et porté devant le Seigneur Dieu, dans le saint des saints. Avant d’être égorgé, l’animal ‘recevait’ les péchés par l’imposition des mains et la confession faites au nom des pécheurs par le grand prêtre. Dieu pardonnait des péchés parce que le prêtre et le peuple croyaient à la Parole de Dieu qui a mis en place ces dispositions cultuelles.


C’est la foi en futur ‘Agneau de Dieu’ qui donnait ‘une efficacité’ à ces sacrifices dans la volonté de Dieu de manifester sa miséricorde à tous ceux qui croient en Lui et qui obéissent à ceux qu’Il a envoyé, comme prophètes, prêtres et rois. Certains prophètes étaient aussi prêtres, et Jean-Baptiste étaient le dernier et le plus grand parmi eux en même temps que représentant de toute l’humanité – le plus grand des hommes nés des femmes – selon ce qu’a dit le Seigneur Jésus dans l’Evangile. En tant que grand prêtre terrestre et représentant de l’humanité par le service que la Providence Divine avait prévu l’Agneau de Dieu recevra et prendra sur Lui le péché du monde pour l’enlever et l’expier par son Mystère Pascal : sa Passion et sa Mort sur la Croix et sa Résurrection ouvrira pour tous ceux qui ont la foi la source de la justification et de la rédemption.


Nous allons poursuivre ce sujet de Jean Baptiste est sa vie et sa mission, une fois établi tout ce qui concerne Jésus Christ et son oeuvre de la justification : Il a accomplie toute justice. C’est le sujet central de cet éxposé.


Chapitre II.


Les Saintes Ecritures dans la première évocation du Salut parlent de Dieu qui offre à Adam et Eve, pécheurs, le vêtement fait de la peau de l’animal. Le versement du sang était donc nécessaire pour que la religion des feuilles de figuiers dont se sont couverts l’homme et la femme après leur faute soit remplacée par l’initiative divine d’apporter à l’humanité une seule vraie religion qui est le Christianisme.


Le Caîn et Abel, les enfants de premiers parents ont le recours à la religion, mais l’Ecriture nous présente une différence qui aboutira au meurtre d’Abel de la part de son frère Caïn. La pratique religieuse de ce dernier ne pouvait lui apporter la victoire sur le péché puisqu’il n’y avait pas du sang d’animaux versé pendent qu’il offrait à Dieu son culte. Par contre Abel le faisait dans son offrande où il y avait le sang de l’agneau et la graisse partit en fumée agréable au Seigneur. La transmission de la Foi ne s’est donc pas fait d’avec les mêmes résultats entre Adam et Eve et leurs deux premiers fils. L’assassinat par Caïn de son frère Abel est le premier martyr de l’humanité pour la cause de la vraie Foi que Dieu a offert à cette humanité dans son Alliance, par sa miséricorde et dans sa Justice qui est Jésus Christ.


Dans le jugement premier que la Sainte Ecriture présente encore dans le Jardin d’Eden, après que Dieu avait cherché à rencontrer les coupables, il y a une annonce de ce Jésus Christ et de sa Mère virginale, la Sainte Vierge Marie. Nous le disons, bien évidemment dans le contexte de la Foi chrétienne. Notre intention n’est pas refaire toute cette spéculation dont l’exegèse critique et scientifique demande par ailleurs d’en tenir compte.


Cette Femme annoncée et retrouvée aussi dans l’Apocalypse de Saint Jean, la Semence et le Descendant qui va écraser la tête du Serpent etc. Dieu fait ici une promesse d’envoyer le Rédempteur, cela est évident et ce récit biblique se termine par l’évocation d’un geste divin de couvrir les premiers pécheurs humains d’un vêtement solide, annonce du Salut parfait et généreux au prix du sang du Fils de Dieu qui pour nous et pour notre salut, conçu en tant que le Fils de l’Homme du Saint Esprit, a pris chair de la Vierge Marie et s’est fait Homme. Nous croyons que, par le service de Jean Baptiste, ‘Il est venu accomplir toute justice’ et a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié ; Il est mort et a été enseveli ; il est descendu aux enfers ; le troisième jour Il est réssuscité des morts etc.


Dieu qui couvre les pécheurs du vêtement nouveau et solide, à la place des tentatives de se couvrir par leurs propres moyens où les moyens ‘naturels’ des feuilles de figuier , c’est à dire la religion d’invention humaine qu’elle qu’elle soit, Voilà la bonne nouvelle qu’apporte la Révélation divine de l’Ancien et du Nouveaux Testaments.


Le péché du monde est une grande injustice. Si grande que seule la justice de Dieu peut être une réponse valable et valide. Le Verbe de Dieu fait chair l’accomplit cette justice dans le monde et dans son histoire : Le plan du Salut prévu et annoncé par Dieu, la Sainte Trinité, se révélera et s’accomplira dans la vie et la mission du Rédempteur divin, notre Seigneur Jésus Christ, l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde, par son Baptême dans le Jourdain et l’anéantit par sa Passion sur la Croix.


Le christianisme est le fruit de l’oeuvre du Messie, qui en demandant le service à Jean Baptiste lui explique qu’ainsi ‘il nous faut accomplir tout ce qui est juste’ et sur le moment d’expirer sur Golgotta, il dit que ‘tout est accompli’. Les paroles du Christ crucifié: ‘J’ai soif’, n’avait pour moi, avant cette étude, qu’un sens tout à fait naturel d’un Homme qui souffre dans son corps le manque de l’eau, où un sens spirituel dans le sens de vouloir ‘sauver les âmes’. L’évangéliste notait pourtant que Jésus le disait pour que l’Ecriture s’accomplisse. Un lien entre cet événement- mystère et l’annonce du Livre Lévitique, où un bouc qui a reçu sur lui les péchés d’Israël pendent Dom Kippour annuel puis a été renvoyé dans le désert pour y mourir de faim et de soif, je ne l’ai pas vu avant. Maintenant cela est évident pour moi. Il fallait que s’accomplisse tout ce qui a été annoncé au sujet du Sauveur du monde. Comme tant d’autres références du Livre du Prophète d’Isaïe sur le Serviteur souffrant et de Jérémie ou Ezéquiel.


La question est donc suivante, qu’on doit se poser sur l’accomplissement de toute justice qui se réalise d’abord pendant le service de Jean Baptiste rendu à Jésus Christ.


La réaction de Jean Baptiste nous dit la nouveauté de l’événement et de l’ignorance de celui-ci à ce propos. Jean est surprit par la demande de Jésus et tout d’abord il veut refuser de faire cela. Jésus insiste et Jean cède et ‘le laisse faire’. Ce ‘le laisse faire’ dit l’essentiel dans l’oeuvre du Salut qui est une oeuvre de Dieu Seul, mais le service demandé par Dieu aux personnes appelées et envoyées à cela trouve aussi toute sa place.


Ce n’est pas insignifiant dans cette façon de lire l’Evangile que de revenir dans le passé pour méditer leur première rencontre à la Visitation de Marie, la Mère du Christ accomplie en faveur d’Elisabeth, qui a eu lieu trente ans auparavant à Ein-Karem. Le service de Dieu incarné à Jean, le fils du grand prêtre d’Israël, Zacharie, s’est fait à cette occasion ; l’enfant a été remplie de l’Esprit Saint pour être un jour son Prédécesseur et Baptiseur aux bords du Jourdain.


Une fois ce service rendu au Sauveur du monde, Jean Baptiste le proclamera ‘l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde’ à deux reprise en deux jours qui se suivent. Et quelques uns de ses disciples deviendront ceux du Christ lui-même, des Apôtre. En particulier, nous devons entendre Jean, fils de Zébédé, qui relate cette proclamation de son premier maître dans son Evangile et parle en lui et ses Lettres et aussi dans l’Apocalypse de ce sujet qui nous intéresse d’une manière assez explicite et claire. Par exemple, dans les entretiens de Jésus avec un certain Nicodème sur la nouvelle naissance ‘de l’eau et de l’Esprit’ où dans sa Letrre écrite vers la fin de sa vie ‘que Jésus est venu par l’eaux, le sang et l’Esprit ; son témoignage sur la Foi véritable, une fois donnée à l’Eglise du Christ, est victorieuse du monde à condition qu’on prenne en considération tous les trois éléments ensemble.


Ne pas séparer ce que Dieu a uni, l’Incarnation, le Baptême, la Vie et la Mort, la Résurrection et la Gloire du Christ Jésus, mais croire fermement et fidèlement à toute cette Révélation est le chemin du Salut. C’est lui aussi, qui se tenait au pied de la Croix du Christ et qui a vu ‘l’eau et le sang’ sortir du côté transpersé par la lance du centurion. Il en donne le récit très précis et assure que son témoignage est vrai.


Revenons, maintenant à notre sujet principale : ‘Il a accompli toute justice, ou – dans d’autre traduction – tout ce qui est juste. Enlever et prendre sur soi tous les péchés des hommes, du premier au dernier, de toute l’histoire de l’humanité, cela ne pourrais être accompli par un homme.


Il fallait pour cela Dieu lui-même. Ce n’est pas la volonté humaine, même celle du Christ, Fils de l’Homme, qui nous sauve ; mais la Volonté divine ; celle du Père et du Fils et du Saint Esprit. Et elle est éternelle. Dieu a décidé de nous sauver dans son étérnité. Mais il fallait en porter un témoignage dans le temps qui est le nôtre, de cette histoire qui nous est donnée à vivre une fois pour toutes à chacun.


Pour manifester et accomplir cette Décision de Dieu, le Messie de Dieu s’est révélé à l’Humanité et a donné témoignage à la Vérité. Celui qui est de la vérité écoute sa voix et croit en Lui et en son oeuvre de l’Evangile.


Jean Baptiste se disait petit par rapport de Celui qu’il annonçait ; de ne pas être ‘digne de lui délier les sandales’.Il annonçait aussi un jugement terrible que Celui-ce exercerait sur le monde rebelle ; mais, il ne se doutait pas du service qu’il allait lui rendre, étant le descendant du grand prêtre Aaron, aussi bien par le côté de son père que de sa mère. Toutes les dispositions données par Dieu d’Israêl à Moïse et à son frère Aaron concernant le système du Pardon et de l’Expiation, décrites avec précision dans le Livre de Lévitique, n’étaient que l’ombre de ce qu’allait accomplir Celui qui le demande de représenter le prêtre terrestre et toute l’humanité pécheresse et de faire passer tous les péchés de toute l’histoire sur LUI, le Prêtre Céléste, selon l’ordre de Mélchizédech.


La Lettre aux Hébreux écrit par l’Esprit Saint et quelqu’un qu’il a choisi pour le faire côté humain, en donne l’explication très large et claire, à méditer sans cesse pour saisir tout ce que nous voulons nous dire ici dans cette recherche et cette méditation. Pour que la Passion de Jésus Christ soit juste et sainte, il fallait qu’Il soit d’abord Celui qui a été baptisé par Jean. Sinon, sa Mort serait une ‘terrible injustice’. Si nous la prenons comme cela, il est probable que nous n’ayons pas la vraie Foi.


La Foi chrétienne commence au Jourdain. Le Syrien Naaman avait reçu l’ordre d’Elisée de s’y plonger sept fois pour être purifié de sa lèpre. Il ne voulait pas le faire d’abord, mais sur l’incitation de son serviteur, il l’a accompli et sa peau est devenue comme celle d’un petit enfant. Avant cela, sous la conduite de Josué, le peuple hébreux venant de l’esclavage d’Egypte avait été accompagné par une Arche d’Alliance portée par les prêtre. La traversée du Jourdain était un miracle. C’est un miracle unique que le Baptême de Jésus qui enlève les péchés des hommes. Si on y croit, on est libéré et sauvé, sinon, on reste avec ses fautes et cette nouvelle faute de ne pas avoir cru à la Bonne Nouvelle.


Jésus a reprit de Jean Baptiste l’appel à la conversion ; mais il y a ajouté cette invitation à croire en Evangile de son Baptême d’abord et de sa Passion après, par le service de ses Apôtre et de son Eglise tout au longue des siècles.


Quand un paralytique est accueilli par Jésus à Capharnaum, il entend les paroles: ‘Mon fils, tes péchés sont pardonnés’. Dans son explication donnée aux pharisiens et docteurs de la Loi, Jésus annonce tout simplement une nouvelle ère pour l’humanité, parce que la justice a été opérationnelle dans son Intronisation comme Messie au Jourdain, avec la manifestation de l’Esprit Saint en espèce de colombe et du Père dans sa voix venu du ciel. Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j’ai mis toute ma faveur. L’appropriation du Fils, comme Personne Divine, se revèle comme accomplissant toute la justice, en tant que Dieu, pour pouvoir porter la bonne nouvelle de la nouvelle création.


Dans la Synagogue de sa ville Nazareth, Jésus donne largement l’explication sur l’accomplissement de la prophétie d’Isaî sur son ministère du Prêtre, Prophète et Roi. Déjù est apparu un signe de sa future Passion, ce n’était pas encore l’heure où tout sera accompli selon les Ecritures qui le concerne, mais cela est devenu depuis son Baptême sa préoccupation première d’accoplir jusqu’au bout l’oeuvre que le Père lui avait confiée.


Quand le besoin de combler le vide, après que Judas ‘est parti de son chemin’ les Apôtres qui, à l’intervention de Pierre, cherche à le remplacer, les postulant devraient être en expérience vivante de cet événement du Baptême du Christ, et Mathias est de ceux-lù et Dieu l’a choisi à servir le Christ Rédempteur, Réssuscité.


Quelle est notre compréhension dans la Foi du Baptême du Christ Jésus? La discrétion de ce Mystère a servie pour l’accomplissement du Salut de l’humanité sans que l’Advairsaire de Dieu et des hommes s’en rende compte. S’il le savait, il n’aurait jamais crucifié le Fils de l’Homme. Et les grands de ce monde qui passe n’auraient pas contribué à ouvrir aux croyants les portes du Royaume des cieux. Mais, une fois le Mystère opéré, faut-il encore cacher cet instant de l’Histoire où le ciel s’est ouvert pour accueillir les habitants du Ciel, en compagnie des Anges, pour rendre grâce éternellement à Dieu qui seul est Bon?


Depuis cet événement historique et qui dépasse toute l’histoire terrestre parce que Jésus et Dieu véritable et l’Homme parfait, la question des péchés a cédé place à la question de la Foi en la Bonne Nouvelle. La justice a été accomplie ‘entre le Baptême et la Croix’ pour que la miséricorde puisse être agissante dans tout le temps et partout où vivent les hommes dans leur pélérinage terrestre. Les péchés ne devraient plus être un problème : Puisque Dieu a fait grâce à tous ceux qui croient en Jésus Christ et son Evangile. Le seul problème c’est l’annonce du Christ et de son Evangile à tous et à chacun qui vivent dans ce monde. Mais, suffit-il de parler de sa Croix et de taire son Baptême? Sa mort alors parraîtra tellement atrôce et terriblement injuste. Au lieu de prêcher la Justice de Dieu, on pourrait prêcher l’injustice humaine en face de cette Passion sainte et miséricordieuse. Le côté naturel de ces souffrances du Messie pourrait tellement s’imposer, que – comme les disciples d’Emaûs- nous pourrions nous voir reprocher d’être lent à croire tout ce que Moïse et les Prophètes et les Psaumes ont annoncé au sujet du Salut.


Jésus en s’incarnant a pris en charge la nature humaine pour la conduire à la réparation et la transfiguration à travers sa Vie terrestre. L’accordement de sa volonté humaine avec la Volonté Divine qui opère dans la Nature divine unique et commune du Père, du Fils et du Saint Esprit, n’est pas sans peines et souffrance que demande la Justice divine. Mais, puisque Jésus accomplit cette justice et accueille ces peines et ces souffrances, nous pouvons être justifiés et sauvés par la Foi en Lui. Et par Lui, avec Lui et en Lui nous pouvons désormais rendre grâce à Dieu et recevoir la gloire de Dieu, comme ses enfants adoptés.


Il est donc important de découvrir et de se réjouir de ce moment, où notre situation de pécheurs a été renversée en enfants de Dieu ; par notre baptême nous sommes plongés dans le baptême de Jésus, signe de sa mort et de sa résurrection. Le signe ici est à comprendre comme on a à comprendre tout ce qui concerne les Sacrements. La Foi conduit aux Sacrements : elle en est le dispositif nécessaire. Sans la Foi, on ne peut pas plaire à Dieu. La Foi – nous l’avons déjà rappelé – nous fait des vainqueurs du monde. Comme la véritable Foi nous relie avec Jésus qui est venu par l’eau, par le sang et par l’Esprit ; si nous voulons être libres de nos péchés par la Foi, allons vivre la rencontre avec Lui au bord du Jourdain, au moment qu’Il a choisi pour recevoir nos péchés. Après seulement, allons sur le lieu de sa Mort sur la Croix, et que dans le Sacrement de l’Eglise l’Esprit vienne nous réjouir de la Paix que Dieu donne, depuis la Résurrection du Messie et Seigneur Jésus.


Autrement, comment nous allons comprendre tout l’enseignement de l’Evangile, les paroles et les gestes du Christ? S’il fallait attendre sa mort pour être sauvé sa mission ne serait pas le don de la Foi mais seulement de l’espérance. Sa vie ferait partie de l’Ancien et pas du Nouveau Testament. C’est jusqu’où Jean Baptiste – enseigne Jésus – que les Prophètes et la Loi se sont exercés. Après lui, le pardon est proclamé et offert et on peut s’emparer du Royaume de Dieu ; chacun qui croit le reçoit chez lui et entre en possession de ses trésors innouîs. Le Royaume de Dieu est au milieu de vous, il est proche ; et il est enfin en vous. N’attendez pas à le voir visiblement – nous enseigne Jésus.


Pour conclure ce deuxième chapitre, revenons à la dernière question sur Jean Baptiste du chapitre premier. Est-ce sa mort une annonce de la mort du Christ? Les prêtres de l’Ancienne Alliance fesait passer les péchés d’eux-mêmes et du peuple qu’ils représentaient devant Dieu sur les animaux qu’il devaient ensuite égorgé et avec du sang de ces animaux chercher à obtenir le pardon de Dieu.


C’est Dieu qui leur a dit de le faire ainsi. Croire à la Parole de Dieu et prendre les dispositions préscrites annonçait ce qui devait être accompli dans le Mystère Pascal du Christ. Jean Baptiste n’avait pas à faire avec les animaux devant Dieu mais avec Dieu lui-même. Son service était tellement grand et unique que de donner sa vie après pour le nom du Christ était de devenir grand dans le Royaume des Cieux.


Il n’est pas plus grand que Jean Baptiste parmi les hommes né d’une femme. En donnant sa vie pour Celui qu’il a baptisé Jean Baptiste prend part à la Passion du Christ avec la Mère du Christ, saint Jean et tant d’autres du temps d’avant et d’après du Christ, en commençant par Abel, le juste. Comme nous avons parlé déjà de lui, tué par son frère Caîn. Les martyres de la Foi de toute l’histoire sont lù pour témoigner de Dieu qui fait justice et qui fait miséricorde. Justice divine et miséricorde divine sont comme révélation de l’Amour et nous rapproche de Dieu.


III.Chapitre


Pourquoi fallait-il donner au monde et à l’Eglise ce message de la Miséricorde au début du XX-ème siècle par le service de la sainte Faustine? Dans ce dernier chapitre de notre étude, nous espérons d’apporter une réponse qui nous parraîtra possible. Il fallait plusieurs dizaines d’années, évidemment, et il fallait encore des circonstances particulières pour que cela aboutissent à l’institution du Dimanche de la Divine Miséricorde et à l’acceptation par l’Eglise de l’Image et des prières liées à l’apostolat initié par la vie et le message de cette sainte.


Les rayons bleu-pâles et les rayons rouges sont la particularité de cette Icône voulue et demandée par Jésus à la soeur Faustine dans ses entretiens mystiques et spirituelles de sa vie religieuse dans la Congrégation de Notre-Dame de miséricorde. Son Petit Journal qu’elle a laissé par ordre des son confesseur à la postérité nous permet de savoir beaucoup de choses sur ce culte ancien et nouveau, inspiré par l’Ancien et le Nouveau Testaments.


Nous nous limitons ici au seul sujet des rayons sur cette image et sur l’inscription : ‘Jésus, j’ai confiance en Toi!’A la question posée à Jésus par la soeur Faustine, demande du confesseur: Que signifient ces rayons? La réponse donnée par Jésus est : ‘L’eau qui justifie et le sang qui donne la vie’. Pour le sang nous comprenons facilement qu’il s’agit de sa mort sur la Croix. Mais que l’eau signifie son Baptême, sommes nous aussi préssés à le reconnaître?


Voilà la raison de cette étude approfondie à ce sujet. Nous avons essayé d’y apporter quelques éléments de l’Ecriture Sainte pour que notre confiance en Jésus et son oeuvre soit plus fervente et plus grande par la contemplations de cette Image de Jésus miséricordieux.


Epilogue


Jésus Christ ‘reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts’.Dieu, le Père, a transmis à son Fils d’exercer tout jugement, puisqu’il est le Fils de l’homme. Cela est une révélation de l’Evangile selon saint Jean. Le disciple ‘que Jésus aimait’, présent aussi bien au Baptême du Jourdain qu’au pied de la Croix de Jésus, a reçu dans une vision de l’Apocalypse l’exposition des prérogatives du ‘Roi des rois et du Seigneur des seigneur’. Lui approprier la Justice divine comme l’exercice central et particulier selon ce qu’enseignent les Ecritures est une question de la Foi chrétienne.


La divine miséricorde venant du Père Eternel ne peut s’exercer autrement qu’en accord parfait de la divine justice et dans la vérité. Le Christ Jésus a déclaré : Je suis le chemin, la vérité et la vie ; personne ne va vers le Père sans passer par Moi. En voulant nous rapprocher de cette révélation divine, nous avons méditer le fait des rayons voulus sur l’image du Christ avec l’inscription : ‘Jésus, j’ai confiance en Toi’ et il est apparu évident pour nous que ‘Jésus a accompli toute justice’ et Il est vraiment notre Dieu et notre Sauveur.


Le Seigneur a qui tout pouvoir a été donné au ciel et sur la terre. La nouvelle évangélisation est en marche à partir de ses paroles qui terminent l’Evangile selon St Matthieu, qui met le Baptême de Jésus comme l’accomplissement de toute justice, comme nous l’avons médité dans cette étude. Allons donc, de toute les nations faire des disciples en les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.


Je suis de plus en plus convaincu que s’il n’y avait pas Dieu qui est la Sainte Trinité nous ne pourrions pas être sauvé. L’Evangile d’aujourd’hui révèle et dit cela d’une manière claire et étonnante : Nous sommes témoins d’une conversation entre le Père et le Fils à notre sujet et nous apprenons que la vie éternelle consiste à la connaissance de cette vérité qui porte le nom de Jésus Christ : Le seule Dieu ; le vrai Dieu trouve en Lui, Jésus Christ un révélateur et médiateur devant Lui pour la cause des hommes et devant les hommes pour la gloire de Dieu. La glorification mutuelle entre le Père et le Fils donne la vie éternelle aux hommes qui croient en la Sainte Trinité et l’oeuvre accomplie par le Fils sur la terre à la demande du Père qui est dans les cieux. Le contenue de cette conversation est une révélation de ce qui se passera au moment de l’Ascension et la dernière partie de cet entretien devient une prière en notre faveur.


Dieu, le Fils, prie Dieu, le Père, de nous être propice et favorable parce que le Fils a bien voulu laisser pour quelque temps sa gloire et descendre sur la terre pour récuperer la proprièté perdu que le Père a confié à Lui de la retrouver et de l’amener à nouveau au ciel. Tout se passe en Dieu, entre le Père et le Fils, entre le Fils et le Père et pourtant c’est nous qui en sommes les grands bénéficiaires : Une seule condition est signalé et soulevée en ce qui nous concerne : Ils ont reconnu – dit Jésus à son Père- que tout ce que tu m’a donné vient de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m’avais données : ils les ont reçu ; ils ont vraiment reconnu que je suis venu d’auprès de toi ; et ils ont cru que c’était toi qui m’avait envoyé. Cela parrait peu de choses de notre côté et pourtant cela est compté pour beaucoup aux yeux de Dieu de lui faire confiance comme à un seul vrai Dieu cette très Sainte Trinité. Et où est l’Esprit Saint dans cet entretiens entre le Fils et le Père? Il en est l’Auteur discret en action des Paroles prononcées et révélées en même temps la bas il y a très longtemps à l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père mais aussi ici est maintenant quand ce qu’il a été dit et écrit est lu et prononcé, repris et expliqué à nos propres esprits ; de bouches à oreilles et en touchant nos intelligences pour s’enfoncer dans nos coeurs de croyants ; des chrétiens. A la suite de Pierre, Jean, Jacques et André et tous les autres apôtres et quelques femmes dont Marie, mère de Jésus et sa familles dont Il a voulu sur la terre tirer ses origines.


Cet Esprit Saint est à l’origine de son humanité comme l’Ange Gabriel a annoncé à cette Vierge étérnelle et Mère unique en son genre. Justement elle est lù désormais avec une matenité nouvelle liée avec sa matérnité divine. Cette conversation dont nous avons parlé tout à l’heure entre le Fils et le Père ne serait ce qu’elle était s’il n’y avait pas son engagement dans toute cette histoire concernant cette divine gloire : laissée d’abord et puis reprise ensuite une fois l’oeuvre du salut des âmes humaines accompli. C’est elle qui à l’endroit de ce qu’elle avait souffert au pied de la Croix du Christ Jésus son Fils, qui devient une confidente première et privilégiée de ce que la Sainte Trinité veut confier à toute l’humanité.


LA SAINTE VIERGE MARIE ET L’EUCHARISTIE TIENNENT UNE GRANDE PLACE DANS MA VIE


Puisqu’elle a communié aux souffrances du Christ elle nous a tous enfanté dans la douleur de son coeur immaculé pour une nouvelle déstinée quand sa gloire se révélera avec celle de son Fils puisque l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu a reposé en elle en premier sur la terre : elle qui a été proclamée pleine de grâce en tant que Vierge et bienheureuse par Elisabeth en tant que Mère de son Seigneur. C’est elle qui est devenue la terre du vivant à qui en premier le Seigneur a montré sa face. Cette dernière évoquation de la scène de la Visitation convient à ce jour dernier du mois de mais puisque c’est ce jouir-lù que l’Eglise se souviens de ce mystère du rosaire. C’est pour moi aussi le jour particulier ; c’est l’anniversaire de mon ordination sacerdotale il y a trente six ans à la cathédrale de Poznan en Pologne. Je remercie le Seigneur de cette grâce ; priez pour moi ; Les événements dont nous relisons les quelques traits évocateurs et caractéristique ne sont pas que du passé ; non ; tout est porté et actualisé par l’Esprit Saint dont nous implorons une nouvelle acquisitions. Notre gloire partagé par le Christ à ses amis vient du Père par l’Esprit.




Grâce à ce nom de chrétien notre noblesse est affirmé et confirmé en toute situation quelle qu’elle soit et en particulier dans une situation d’être mal considéré par ce monde qui veut se libérer du nom du Christ et même voudrait le rejeter loin de lui comme inaproprié à ses goûts et plaisir insensés. Puisse-t-il changer! L’Association TOTUS TUUS veut contribuer à cette conversion du monde et à son salut, avec la grâce de Dieu! Pour términer, je déclare que je suis personnellement bénéficiaire de cette révélation dans mon jeune âge en regardant - dans mon église paroissiale d’origine du Saint Antoine de Padoue à Go³kowice en Pologne - cette Image du Christ posée juste à côté de l’Autel du Sacré-Coeur, côté droite du Tabernacle et j’étais déjà attiré vers la vocation sacerdotale grâce à elle; le Seigneur savait que ce sera ma mission particulière de le proclamer avec conviction puisée sans cesse à cette prière que Jésus avait aussi voulu au-dessous de ses pieds: ‘Jésus, j’ai confiance en Toi!’


Voilà, Monsieur le Cardinal et mon Père Evêque ma contribution à la nouvelle étape de vie du Diocèse de Bordeaux, que vous avez appelée ‘Le tremplin pour la Mission’. Le Seigneur Jésus Christ veut que la Société du Christ, dont je suis memre, y participe par mon service pastorale auprès de l’imigration polonaise et dans le service du Secteur du Bordeaux Centre. Par la bonté du Seigneur, après avoir prié pour que Bon Dieu me donne quelques preuve qu’Il me veut toujours à Bordeaux, j’en ai reçues deux: une ‘a contrario’ que vous savez, et c’est pourquoi j’avais demandé de Vous rencontre et la deuxième c’est que Vous avez, par l’inspiration de l’Esprit Saint, ou des circonstances providentielles choisi pour cette Rencontre le Jour de la Fête de Saint Thomas Apôtre, le 3 juillet 2014. Troisième preuve viendra de Vous, j’en suis certain toujours dans la confiance à Celui qui me redit encore une fois cette parole d’il y a cinquante ans: ‘Viens et suis Moi!’ Et en cet anniversaire je Lui fais cette réponse qu’Il m’a apprise par l’instrument simple de son Image-Icône de la Miséricorde: ‘Jésus, j’ai confiance en Toi!’ Donc, je vais Te suivre toujours et partout. Aide-moi pour cela’.


En mémoire de mes Parents:+Janina et +Antoni. Seigneur Jésus, donne leurs le repos éternel!Amen!

300